L'ex-chef de l'Etat a profité d'être à New York pour se ballader en calèche avec sa fille, ce mercredi. Il s'est alors retrouvé impliqué malgré lui dans "la guerre des calèches" new-yorkaise qui voit s'opposer les partisans et les opposants à la présence de fiacres dans la ville.

Nicolas Sarkozy accompagne actuellement sa femme, la chanteuse Carla Bruni, dans sa tournée nord-américaine. De passage à New York ce mercredi, l’ex-président en a profité pour emmener sa fille Guilia faire un tour de calèche autour de Central Park. L’ex-chef d'Etat français s’est alors retrouvé embarqué malgré lui dans l’affaire de la "guerre des calèches" qui fait rage dans la grosse pomme.

En pleine "guerre des calèches"

En effet, les calèches sont menacées de disparaitre sous peu. Le nouveau maire de New York, Bill de Blasio, ne cache pas ses intentions : il compte "débarrasser le paysage des calèches, qui n'ont plus leur place en 2014" à Central Park. L’édile voudrait, au nom de la défense des animaux, remplacer les calèches par des véhicules électriques au design vintage. Bien évidemment, les conducteurs de calèches sont farouchement opposés au projet. Le New York Daily News, notamment, soutien activement ces derniers.

A peine l'ex-président et sa fille se sont-ils installés dans le fiacre que les conducteurs ont contacté la presse. Les journalistes ont donc profiter de l'occasion pour demander à Nicolas sarkozy s'il pensait que les calèches devaient rester à New York. Il a répondu, dans un anglais "irréprochable" qu’on lui connait, "yes".

Le New York Daily News s’est réjoui de ce soutien inattendu et continue sa campagne afin que les calèches puissent continuer de battre le pavé de Central Park. La petite Guilia semble en tout cas avoir pris position en faveur des conducteurs de calèche puisqu'elle est venue faire un second tour en fin d'après-midi.

Vidéo sur le même thème : NYC, la guerre des calèches

Vidéo : NY la guerre des calèches

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.