Le ministre de l’Education nationale a de nouveau été la cible d’une déclaration publiée sur la toile et qui lui a été faussement attribuée.

Après la fausse carte d’identité de Najat Vallaud-Belkacem, la fausse lettre sur les rythmes scolaires, les fausses déclarations sur l’islam, voici la fausse lettre concernant une histoire de Palme académique.

Le site internet BuzzFeedrapporte en effet qu’un faux discours du ministre mêlé à une lettre censée avoir été écrite par un professeur circule depuis mi-mars sur les réseaux sociaux.

Cette lettre, en date du 17 mars dernier et adressée à Najat Vallaud-Belkacem, aurait été écrite par Serge Barrere, un professeur associé à l’Université d’Aix-Marseille. Celui-ci explique motiver son refus de recevoir les Palmes académiques des mains de Mme le ministre à cause de déclarations que celle-ci aurait prononcées lors d’une interview à "Beur FM TV", le 12 septembre 2014.

"Je ne suis que Marocaine"

Lors de cet entretien, Najat Vallaud-Belkacem aurait dit ceci : "Tout comme mon frère Zinedine Zidane, je ne considère la France que comme une mère nourricière et non pas une mère patrie et je ne me considère personnellement qu’Algéro-Marocaine. La France n’a été pour moi qu’un moyen pour m’élever mais de cœur, je ne suis que Marocaine."

D’une part, le média en question (Beur FM TV) n’existe pas, et la radio Beur FM qui, elle, existe bien, a fait savoir au site Debunkers de Hoaxque "la ministre n’a(vait) jamais participé d’une façon ou d’une autre à une émission sur [ses] ondes."

Publicité
D’autre part, si Serge Barrere est bel et bien professeur à l’Université d’Aix-Marseille, il assure n’avoir "rien à voir" avec ce faux document et dénonce "un acte de malveillance". "J’ai reçu plus de 1500 messages sur ma boîte vocale à cause de cette soi-disant lettre", peste-t-il.

Vidéo sur le même thème : Réforme du collège : la côte de popularité de Najat Vallaud-Belkacem s'effondre

mots-clés : Rumeur, Internet

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité