Tout le monde connait la légende du monstre du Loch Ness. Aujourd'hui, l'Ecosse est fin prête pour le rencontrer : des directives ont même été prises au cas où la créature serait capturée.
(Illustration)Istock

Monstre du Loch Ness : un rapport de protection à jour

Véritable monstre ou simple créature mythologique ? Selon la légende qui a vu le jour en 565, "Nessie", de son surnom, serait enfoui dans les eaux du lac des Highlands en Ecosse. Nombreux sont les clichés qui ont circulé au fil des années, sans jamais la moindre réponse concrète. Aujourd’hui, l’Ecosse a un plan au cas où le monstre serait découvert.

A lire aussi :Monstres marins, dinosaures… Ces étranges créatures découvertes récemment

Le Scottish Natural Heritage (SNH), un organisme Ecossais financé par le gouvernement, a établi un code de bonnes pratiques en 2001 afin de protéger les nouvelles créatures découvertes dans le lac du Loch Ness, y compris un certain monstre… Un rapport "à la fois sérieux et amusant" qui évoque leur nécessaire protection. Aujourd’hui, l’établissement se tient fin prêt à le ressortir si jamais l’existence de "Nessie" serait bel et bien avérée.

Dans un article relayé par la BBC, Nick Halfhide, membre de l’organisation, a déclaré que le code de pratique vieux de 17 ans restait encore pertinent aujourd'hui. Il a déclaré que le dossier serait mis à jour lorsque le monstre serait découvert. Selon lui, les entreprises des rives du lac seront, le cas échéant, consultées : "Il y avait beaucoup d'activité sur le lac à l'époque à propos de Nessie. Ainsi, nous avons élaboré un plan d'urgence sur la façon dont nous aiderions Nessie si nous la trouvons." L e rapport stipule d'ailleurs qu'un échantillon d'ADN doit être prélevé sur toute nouvelle créature trouvée avant d’être relâchée dans le lac.

La chasse au monstre va plus loin. Pas plus tard qu’au printemps dernier, une équipe de chercheurs travaillant sous la houlette de Neil Gemmell, professeur à l’Université d’Otago en Nouvelle-Zélande, a prélevé des échantillons dans le lac. Sa mission : l'observer pour y découvrir – peut-être – "quelque chose d’extraordinaire". Contacté en Ecosse, le généticien avait confié à l 'AFP qu’il s’agissait d’une approche inédite dans la quête au monstre, basée sur le séquençage de l’ADN environnemental. Comme l’a souligné Le Journal du Dimanche, cette technique permettrait d’obtenir une "photo complète des organismes peuplant le Loch, de la bactérie au silure géant".

Monstre du Loch Ness : une légende vieille de plusieurs milliers d’années

L'histoire du monstre du Loch Ness remonte à plus de 1500 ans, date à laquelle St Columba, un missionnaire irlandais, aurait rencontré une bête dans la rivière Ness en l’an 565. Ce n’est que plus tard, dans les années 1930, que The Inverness Courier a rapporté la première observation moderne de Nessie, qui a été décrit ressemblant à un plésiosaure, une ancienne créature marine qui s’est éteinte à l’époque des dinosaures.

Pourtant, et malgré l’afflux de témoignages, l’existence réelle de Nessie n’a jamais pu être prouvée scientifiquement. Déjà en 1986, des bateaux équipés d’un sonar (appareil de détection sous-marine par réflexion des ondes sonores) issus de la mission Deepscan n’avaient rien trouvé de concluant, rappelle Ouest France. En 2003, dans l’émission "Searching for the Loch Ness" (à la recherche du Loch Ness) c’était au tour de la BBC de procéder à une fouille complète des eaux écossaises.

En tout cas et selon la BBC, la Première ministre écossais, elle, y croit encore aujourd'hui.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Le 1er astéroïde d'origine étrangère découvert dans notre système solaire

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.