Que ce soit dans le domaine du prêt-à-porter, de l'électronique ou du design... des bureaux de style savent ce qui fera la "mode" de demain. Entretien avec Louise Taccoen, "chasseuse de tendances".
©Getty (illustration)

Des imprimés floraux pour la saison printemps-été 2017 ? Les chasseurs de tendances avaient anticipé leur retour. C'est dans des bureaux de style qu'ils se chargent de prédire ce qui fera la "mode" de demain dans le domaine du prêt-à-poter, du design, de l'immobilier... Pour cela, ils étudient les différents phénomènes de société sans rien laisser "au hasard "

Pour être "chasseur de tendances", il faut être curieux et tout observer, même les choses qui paraissent insignifiantes. Une tendance, c'est une connexion de différents phénomènes. Il faut analyser les normes sociales et suivre leurs évolutions. "Vous devez lire la presse, voyager, tester des nouveaux produits, aller au cinéma. Vous devez être en mesure de traduire un courant", explique Louise Taccoen, responsable marketing du secteur mode et textile chez Carlin creative trend bureau, un bureau de style situé à Paris. 

"Nous observons les gens afin d'anticiper leurs besoins"

Pour pouvoir repérer une tendance, tous les détails sont importants. "Avec les épiphénomènes, nous devons être capables de traduire un code esthétique. Afin de faire émerger une tendance, nous étudions les différentes habitudes de consommation et analysons les marchés. Nous observons les gens afin d'anticiper leurs besoins. Par exemple, la génération Z ( les moins de 20 ans, ndlr) cherche à s'émanciper des codes. Nous conseillons donc les marques avec lesquelles nous travaillons de privilégier des produits non genrés", explique-t-elle à Planet.fr.

À lire aussi - Costumes, tailleurs, cravates... : l’habit fait-il le politique ?

Pour effectuer ce travail, il faut être créatif, mais aussi connaître parfaitement les tendances du marché. Les personnes qui effectuent ce métier ont donc des profils très différents. "Dans l'agence, nous avons tous des parcours très variés. Certains ont suivi un parcours universitaire, d'autres ont fait une école de commerce ou une école d'art", nous confie-t-elle. Ce qui prime est la capacité à observer son environnement.

Le cahier des tendances aiguillent les marques

Il faut savoir qu'une tendance ne se prévoit pas deux ou trois mois à l'avance, mais deux ans. "On a déjà les tendances pour l'été 2019", déclare Louise Taccoen. Tous les six mois, l'agence produit un nouveau cahier de tendances qui regroupe les différentes analyses des phénomènes socio-culturelles, économiques, politiques...  Il  représente une source d'inspiration majeure pour les créateurs de mode.

"Un cahier de tendances pour la mode est composé d'une gamme de couleurs. Même si elles ne changent pas tout le temps, les nuances peuvent être différentes. On décide des orientations pour la matière, les formes, les silhouettes, les imprimés...", explique-t-elle. Malgré cette orientation, on ne trouvera pas la même chose dans les vitrines car les marques s'approprient le cahier à leur manière. "Les créateurs s'adaptent à leur marque", ajoute-t-elle. 

À lire aussiTableaux, sculptures, antiquités… : comment voyagent-ils d’un musée à l’autre ?

"Une tendance est un mélange de plusieurs facteurs"

Pour réaliser un cahier de tendances, trois à cinq mois sont nécessaires. "Avant de commencer le cahier, il y a plusieurs réunions. Suite à toutes nos observations des marchés, on présente nos données. Tout est passé au crible. Une tendance n'est pas le résultat d'un facteur, mais d'un mélange de facteurs qui fera émerger un courant. En les analysant ensemble, ils se répondent. Pour le Festival de Cannes, on prend en compte les robes qui ont été portées mais aussi les films qui ont gagné", confie-t-elle.

L'agence "Carlin creative trend bureau" peut proposer de vendre ses cahiers de tendances aux marques qui sont autonomes, mais elle peut aussi accompagner une marque pour redorer sa clientèle. Pour les réaliser, l'agence observe les réseaux sociaux, les blogs... sans délaisser pour autant certains épiphénomènes. "On s'intéresse aux influenceurs (sur Instagram), mais ils ne représentent pas nos premières sources. Nous devons faire des connexions", conclut Louise Taccoen.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Il vient avec un clown à son entretien de licenciement