Aurons-nous la chance d’avoir un week-end de Pâques sous le soleil ? Découvrez comment le savoir !

Quand Noël dernier a été doux côté températures, le printemps, lui, pourrait s'avérer glacial car, comme dit le proverbe "Noël au balcon, Pâques au tison".

En clair, si on a la chance de célébrer les fêtes de fin d’années dehors, on passera Pâques au coin du feu. Qu'en est-il en 2018,  le dicton va-t-il se confirmer ?  

En réalité, ce proverbe n’est que rarement vérifié. Il n’existe pas réellement de lien systématique ou récurrent entre les deux événements climatiques. Bien sûr, il existe quelques exceptions comme en 2012-2013, mais rien n’est prouvé. Quelques curieux ont tout de même réalisé des études pour clarifier ce phénomène.

L’origine du dicton

D’après une étude publiée en 2005 par un expert de Météo France et un chercheur du CNRS, le proverbe avait jusqu'à la fin du XIXe siècle, pour vocation d’apprivoiser une nature chaotique et souvent dramatiquement hostile. En Europe à cette époque, l’économie des sociétés rurales traditionnelles reposait essentiellement sur l’agriculture. Dans ces conditions, la météo avait son importance puisque "il en allait de la survie d’une large fraction de la population" qui ne recevait en cas de pénurie "nulle aide de l’Etat".

Publicité
Publicité

Les chercheurs ont notamment étudié avec précision les conditions météorologiques de la ville de Besançon entre 1960 et 2004. Le fameux dicton ne s’est vérifié que 8 fois. Soit en moyenne une fois tous les cinq ans et demi.

Entre prédiction et prévision

Selon Météo-France, en l'état actuel de la science, il est quasiment impossible de prévoir une liaison entre deux jours distants de plus de trois mois. L’étude précise elle aussi "que l’atmosphère est un milieu chaotique qui interdit toute tentative sérieuse de prévision au-delà de sept jours. Prétendre qu’une liaison statistique existe entre deux jours distants de plus de trois mois relève de la pure fantaisie. "

Par ailleurs, les prévisions sont délicates à établir au printemps car "à cette époque, l’atmosphère 'hésite', subit des influences multiples et souvent contraires, entre les résidus d’air froid de l’hiver, l’air chaud qui pousse par le sud depuis les latitudes subtropicales et les évolutions saisonnières", précise Météo France.

En plus, quand l’on sait que Pâques ne tombe pas le même jour chaque année, il est difficile de prévoir à l’avance le temps qu’il fera.

Cette année, le fameux dicton pourrait toutefois s'avérer exact. Selon La Météo.org, "ce mois d'avril 2018 s'annonce bien dépressionnaire sur la France, avec beaucoup de pluies quasiment partout en dehors du pourtour méditerranéen davantage de saison. Neige abondante en conséquence en montagne et assez tardive compte-tenu des températures de saison inférieures aux moyennes."

Quand le dicton "Noël au balcon, Pâques au tison" ne se vérifie pas toujours, on espère en tout cas que cette année "Mai fais ce qu'il te plait" puisse se réaliser.

En vidéo - Insolite : les trois soleils de Harbin