Un homme d'une cinquantaine d'années a été arrêté par la police de Menton la semaine dernière après s'être rendu à un rendez-vous que lui avaient fixé deux adolescents. Il pourrait être impliqué dans une affaire de viol sur mineur non élucidée.

Appâté par l'annonce postée sur Internet par un adolescent de 15 ans, un homme d'une cinquantaine d'années a été arrêté par la police de Menton dans la nuit du 1er au 2 mai. Un lycéen a en effet créé un faux profil sur un site de rencontres, et n'a pas tardé à être contacté par un homme qui souhaitait avoir des relations sexuelles avec lui, rapporte Le Parisien. "On m'avait dit qu'il y avait beaucoup de pédophiles sur ce site, je me suis dit que j'allais en piéger un" a raconté l'adolescent, qui a mis au point ce piège avec l'aide d'un ami. "Quelqu'un nous a contactés en nous demandant si on voulait faire l'amour alors que notre pseudo indiquait l'âge de 15 ans" expliquent-ils.

 
Des policiers étonnés

Les deux ados entretiennent la conversation avec l'internaute, et devant l'insistance de ce dernier, lui fixent un rendez-vous aux alentours d'une heure du matin. "Je l'ai appelé en masquant mon numéro pour lui dire que l'on se retrouvait à un rond-point. Après j'ai décalé l'endroit de la rencontre à la gare routière de Menton" explique l'adolescent. L'homme avec qui ils étaient en contact sur Internet est là, c'est alors qu'ils appellent la police. Le pédophile présumé a aussitôt été interpellé, et a rapidement reconnu les faits. Il a depuis été écroué. "On était très surpris par leur coup de fil, on a eu un petit temps d'arrêt, mais on est intervenus vite" confie de son côté le commissaire Eric Joudelat.

Une affaire qui aurait pu mal tourner

Publicité
Au cours de leur prequisition au domicile de l'individu, les policiers ont découvert plusieurs éléments qui pourraient impliquer ce quinquagénaire dans une affaire de viol sur mineur non élucidée et vieille d'une dizaine d'années. Une instruction judiciaire a été ouverte par le parquet. Une affaire rondement menée donc par ces deux justiciers en herbe, mais qui n'a pas du tout plu aux policiers. Si le traquenard mis au point par les deux adolescents a bien fonctionné, ils ont été sermonés et ont promis qu'ils ne le referaient plus. "Ils nous ont prévenus au tout dernier moment. Ce n'est pas à des gamins de 15 ans de faire ça mais à des services spécialisés" rappelle le commissaire Joudelat. "On ne cautionne pas du tout ce type d'intrusion dans un milieu de prédateurs sexuels susceptibles de violence".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité