Après avoir laissé leur fille morte enterrée dans les bois pendant plus d'un an, les parents de la petite Inaya vont être jugés à partir de ce jeudi aux assises de Melun (Seine-et-Marne).

Le procès des parents de la petite Inaya, retrouvée morte enterrée dans la forêt de Fontainebleau, s’ouvre ce jeudi aux assises de Melun (Seine-et-Marne). Pendant plus d’un an, la fillette de 20 mois est restée enterrée dans les bois sans que personne ne remarque sa disparition. Même pas les services sociaux qui étaient censés surveiller la famille. En effet, les parents étaient déjà connus pour des faits de maltraitance sur leurs trois enfants.

A lire aussi - Mulhouse : un enfant retrouvé après avoir été séquestré 3 ans par son père

Inquiète par les absences répétées du grand frère d’Inaya à l’école, une institutrice s’est finalement décidée à signaler le couple aux autorités en 2013. C’est à ce moment que les services sociaux se sont rendus compte de la disparation de la petite fille. "Personne ne l’a vue et c’est toujours très étonnant de voir à quel point les services peuvent être à ce point défaillants", a expliqué à Europe 1 Rodolphe Constantino, avocat de l’association Enfance et Partage.

Les parents se rejettent la faute

Mis en examen, les parents se sont d’abord rejeté la faute. La mère a ensuite accusé le grand frère de 5 ans d’avoir poussé violemment sa sœur et d’être à l’origine de sa mort. Pour sa part, le compagnon a accusé la mère des enfants. Ils ont toutefois reconnu avoir enterré ensemble le corps de la petite fille.

Celui-ci a été retrouvée dans un sac poubelle enterré dans la forêt de Fontainebleau. L’autopsie a révélé que la fillette est décédée entre fin décembre 2011 et fin janvier 2012. Les parents encourent aujourd’hui une peine de prison à perpétuité.

En vidéo sur le même thème - La police arrive pendant qu'il étrangle sa femme 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.