Pour dépouiller jusqu'aux plus puissants, ils n'ont pas hésité à en voler l'identité. Ces escrocs, qui se sont attaqués à divers chefs d'Etat étrangers, se faisaient passer pour Jean-Yves Le Drian, alors ministres de la Défense et s'armaient d'un masque en silicone pour les duper…
AFP

L’incroyable arnaque au faux Le Drian : ces escrocs qui ont usurpé l’identité du ministre

Ils ont réussi à voler près de 20 millions d’euros au prince Aga Khan, "richissime" chef spirituel d’une branche de l’Islam chiite, rapporte Le Parisien. Et il n’est pas le seul à s’être fait avoir par ces talentueux escrocs : le quotidien mentionne aussi la présidente de la société Château Margaux, célèbre pour ses champagnes, qui aurait perdu presque 3 millions. Sans oublier Inan Kirac, un hommes d’affaires turc qui s’est fait flouer de 41 millions d’euros. Parmi leurs victimes figureraient de nombreux chefs d’Etat africains , des hauts dignitaires religieux mais aussi de riches marchands.

Comment ces malfaiteurs ont-ils pu s’en prendre à de telles personnalités ? En usurpant l’identité du ministre français de la défense de l’époque, Jean-Yves Le Drian. Sous la mandature de François Hollande, entre le printemps 2015 et l’été 2016, ils ont approché ces éminentes - et très riches - figures en prétendant être des conseillers spéciaux du socialiste. Puis, ces hommes de mains délivraient leur message, toujours le même : le poids-lourd du gouvernement requiert avec eux un entretien, d’urgence.

Celles et ceux qui ont mordu à l’hameçon ont donc pu parler au faux Le Drian. Les appels, passés depuis Skype, sont courts : quelques dizaines de seconde, tout au plus. Les malfaiteurs, affirme le quotidien régional, s’assurent que la visioconférence reste un peu flou, pour faciliter l’illusion.

En arrière plan, un "bureau de responsable politique", dont les murs sont habillés de drapeaux européens et français. Devant la caméra, un homme portant un masque de silicone pour ressembler autant que faire se peut au ministre. C’est là qu’il leur demande de l’argent, au nom de l’Etat Français, prétendument pour lutter contre le terrorisme. Les malfaiteurs n’ont d’ailleurs pas hésité à se jouer des attentats de 2015 pour se remplir les poches. Ce fut d’ailleurs un tournant, expliquent les juges dans une ordonnance que Le Parisien a pu consulter.

"Si ces attaques tenaient plus du canular au début du phénomène, elles sont devenues plus professionnelles à compter des attentats du 13 novembre 2015, lesquels ont servi de support aux escrocs qui n’ont pas hésité à se servir de ces tragiques événements pour tenter de soutirer des fonds", écrivent-ils.

Au total, ils ont contacté 150 personnes et/ou sociétés issus de quarante pays au total. Certains, d’ailleurs, auraient été très surpris par un petit détail : le ministre tutoie usuellement ses interlocuteurs. Son double, lui, les vouvoie…

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.