L'adjoint UMP au maire de Marseille, Didier Réault, a été condamné jeudi à 1000 euros d'amende avec sursis pour avoir posté en 2013 un tweet jugé discriminatoire à l'encontre des Roms.
AFP

La sanction a été prononcée. Plus d’un an après avoir posté un tweet évoquant les camps de Roms dans le Nord, Didier Réault a été condamné jeudi. La justice l’a en effet reconnu coupable "d’incitation à la haine, discrimination et violence". Aussi, elle a condamné l’adjoint UMP au maire de Marseille à une amende de 1000 euros avec sursis et à verser 600 euros de dommages et intérêts au Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples (Mrap). Ce dernier s’était constitué partie civile.

Une "maladresse d’expression"Le 8 juin 2013, Didier Réault avait retweeté une première information portant sur un jet de cocktails Molotov sur un camp de Roms à Hellemmes dans le Nord. L’élu avait alors écrit : "Bientôt à Marseille pour la même action", faisant allusion à un camp de Roms installé dans le 10e arrondissement de la cité Phocéenne. Selon son avocate, il ne s’agissait que d’une "maladresse d’expression" qui s’inscrivait "dans un contexte bien particulier puisque 48 heures avant, il était interpellé par des habitants de ce quartier sur le camp de Roms". Aussi, la peine prononcée jeudi est perçue par son client comme étant "une peine de principe", a-t-elle expliqué avant d’indiquer qu’il ne ferait pas appel.

Gilles Bourdouleix, Hitler et les gens du voyageCe n’est pas la première fois qu’un élu est condamné pour avoir tenu ou écrit des propos jugés discriminatoires à l’encontre d’une population résidant sur l'Hexagone. En janvier dernier, Gilles Bourdouleix, le député-maire de Cholet (Maine-et-Loire) a été condamné par le parquet de la ville à 3 000 euros d'amende avec sursis pour apologie de crime contre l'Humanité. Lors d'un incident avec des gens du voyage en juillet 2013, l'élu avait dit qu' "Hitler n'en avait peut-être pas tué assez".

A lire aussi -Propos sur Hitler : Gilles Bourdouleix condamné à 3 000 euros d'amende avec sursis

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.