Plus d'une vingtaine de raies ont été aperçues et signalées non loin des plages du littoral marseillais. Et elles pourraient bien se révéler dangereuses... 

Raies potentiellement dangereuses à Marseille : un phénomène anormal

La venue de ces raies serait-elle due au réchauffement climatique ou à un autre phénomène ? Si la question demeure en suspens, il n'en demeure pas moins que plus d'une vingtaine de raies disposant de puissants aiguillons ont été observées non loin des plages de Marseille ces derniers temps. Tel que le souligne France Info, le phénomène en question se révèlerait rare. Ce, dans la mesure où il serait lié à un pic de température, précise le Groupement phocéen d'étude des requins.

A lire aussi : Pour la première fois, une nurserie de raies manta découverte au large du Texas

Mais les appels se multiplient et la présence de ces raies aussi près des côtes serait, tout bonnement, anormal.

Raies potentiellement dangereuses à Marseille : jusqu'à 90 centimètres d'envergure

Selon le biologiste Nicolas Ziani interrogé par France Info, il s'agirait de raies femelles "pastenagues violettes" de 80 à 90 cm d'envergure. Le fait est qu'en temps normal, les demoiselles évoluent bien plus au large.

Mais pour le scientifique, l'origine de leur présence serait bien due aux fortes chaleurs : "Ces raies qui mettent bas en été sont stimulées par la hausse des températures et viennent en bord de côte où elles viennent chercher une eau encore plus chaude", concède-t-il auprès de France Info. Elles auraient, ainsi, été récemment repérées au Canet-en-Roussillon, à Marseille et dans ses environs, dans le Var et en Corse.

Raies potentiellement dangereuses à Marseille : 3 aiguillons et un venin neurotoxique

Outre leur envergure, ce qui pose donc véritablement problème tient au fait que lesdites raies (les "Pteroplatytrygon") seraient pourvues de 1 à 3 aiguillons sur la queue. Si elles ne sont, a priori, pas agressives, elles peuvent néanmoins piquer et diffuser un venin neurotoxique" si elles se sentent en danger, prévient le biologiste.

D'où l'absolue nécessité de ne pas s'en approcher, encore moins de les toucher. De fait, leurs piqures ne seraient pas mortelles. Pour autant, elle peuvent être à l'origine de "troubles neurologiques graves (paralysies)", conclut-il. Prudence.

En vidéo - Concarneau : Les raies et leurs secrets dévoilés

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Sibeth Ndiaye : "Tout le monde ne mange pas du homard tous les jours, on mange plutôt des kebabs"