Un peu trop bavarde "Mamie Rock" ? Possible. À en croire ses dernières déclarations, elle aurait servi de "prête nom" sur certaines sociétés du clan Hallyday sans en assurer la réelle gestion. Problème : "c’est totalement illégal", explique Maître Sylvie Noachovitch. 

Dans l’affaire de l’héritage du taulier, les prises de bec s’enchaînent, les démêlés se succèdent et les montages fiscaux à la limite de la légalité laissent place aux bourdes de la doyenne de la famille Boudou. Elyette, alias "Mamie Rock".

Récemment interviewée dans les colonnes de  Midi Libre, celle qui a également été nommée par Johnny Hallyday en qualité d’ "exécuteur testamentaire" n’a pas hésité à préciser le rôle qu’elle a accepté d’endosser il y a quelques années déjà. Depuis 2012, elle préside trois sociétés de gestion des droits du rockeur. Jusque-là, tout va bien. Si ce n’est que l’octogénaire a cru bon de souligner le détail suivant : "Ce n'est pas moi qui gère, c'est l'avocat qui gère"… Et de poursuivre : "Parce qu'ils voulaient quelqu'un pour un prête nom". C’est là que le bât blesse…

Publicité
Publicité

Selon maître Sylvie Noachovitch, avocate spécialisée en droit de la famille et droit pénal, nul doute que cette confession pourrait porter préjudice à Elyette Boudou. De fait, dans un récent documentaire diffusé sur C8 intitulé "Héritage de Johnny : la guerre des clans", notre spécialiste s’interroge : "Je n'ose croire que l'on utilise le nom de la grand-mère comme prête nom, parce que c'est juridiquement illégal". Et d’ajouter : "S'il est prouvé que cette grand-mère n'est pas la véritable gestionnaire des sociétés et bien elle pourrait être effectivement poursuivie".

Des fonctions "fictives"

Mais maître Sylvie Noachovitch tient à le souligner : "Dans cette affaire, ce qui est incroyable tient au fait qu’Elyette Boudou le reconnait elle-même ! Elle n’a jamais dirigé de sociétés. Or, on sait parfaitement que le but d’une telle manœuvre consiste à contourner une interdiction. Le dirigeant de fait n’est pas le dirigeant de droit. Dans ce cas, la grand-mère de Laeticia Hallyday est un dirigeant de droit, un prête nom. Ce qui revient à révéler qu’elle assume des fonctions de direction mais de manière totalement fictive. Sauf qu’en le reconnaissant, elle peut être poursuivie pour des fautes de gestion par exemple et peut en subir les conséquences d’un point de vue personnel et patrimonial. Il s’agit d’une gérance de paille et c’est grave", s’étonne notre experte.

Laquelle s’interroge, par la même occasion, sur les raisons qui ont poussé l’ex star du rock à procéder ainsi… "Pourquoi Johnny Hallyday a-t-il, à l’époque, choisi de contourner la loi en faisant d’Elyette Boudou un prête nom ? Tout cela s’avère très étonnant. Pourquoi ne s’est-il pas lui-même désigné en qualité de gérant et de président ? Ce d’autant plus qu’a priori les finances des sociétés de Johnny étaient au beau fixe. Alors pourquoi ?".

Et des circonstances aggravantes…

Si les motifs de cette opération risquent fort de ne jamais être élucidés, les conséquences pour "Mamie Rock" sont, toutefois, bien réelles. "Sur le plan pénal", détaille Sylvie Noachovitch, "si elle parvient à prouver qu’elle n’y est pour rien, elle ne risque pas grand-chose. Il est, au demeurant, difficilement concevable qu’elle puisse, un jour, aller en prison. En revanche, sur le volet civil, c’est une toute autre histoire. Elle peut être condamnée et les conséquences, d’un point de vue patrimonial notamment, peuvent être pour elle considérables. On parle même, dans ce type de cas, de circonstances aggravantes pour la bonne et simple raison qu’il s’avère tout bonnement illégal de signer des documents sans en comprendre les tenants et aboutissants. C’est grave et cela ne dérange personne ?", s’interroge, en guise de conclusion, notre experte.

Reste à savoir ce que l’avenir réserve à la doyenne du clan Boudou. Pour l’heure, la grand-mère un peu trop bavarde de Laeticia Hallyday n’a pas été inquiétée par la justice sur ce point. Et pour cause, elle n’avait, jusqu’alors, rien évoqué de déterminant concernant son obscure fonction. Jusqu’à présent tout du moins…

En vidéo - Les explications de "Mamie Rock"