Il a 12 ans et il a failli perdre la vie. Après des mois de viols, de menaces et de harcèlement par ses camarades de classe, ce jeune collégien a tenté de se suicider. Depuis ses agresseurs ont aussi menacé sa sœur, encore à l'école primaire.
IllustrationIstock

Violé, harcelé, et poussé au suicide par ses camarades de classe : il est encore en sixième

"Ils font le jeu de l’olive. On prend quelqu’un et on cherche à lui mettre un doigt dans l’anus", explique le jeune collégien qui, a de maintes reprises, a été victime d’agression sexuelles perpétrées par ses camarades de classe. Dans les colonnes du Parisien, il relate l’enfer que lui font vivre ses agresseurs et ses harceleurs, chaque jour, au collège Françoise-Dolto à Marly-la-Ville, dans le Val d’Oise. Ce sont eux qui l’ont poussé au suicide.

Et pour cause ! Quand ce n’est pas un doigt que ses agresseurs cherchent à glisser entre ses fesses, c’est un stylo voire un témoin de relais d’athlétisme. Le pire s’est déroulé lors d’un cour de sport, explique sa mère. Alors que l’enfant était accoudé à une barre, "un des gamins est arrivé derrière lui et a plongé ses mains jointes dans son derrière", trouant la doublure de son short et le blessant gravement. "Ça a été très douloureux, car très profond. Je saigne encore beaucoup", raconte le jeune collégien à nos confrères du Parisien.

Après cela, indique le quotidien régional, l’enfant décide de mettre fin à ses jours. Il cherche donc à se pendre à l’aide du tuyau d’arrosage, mais est sauvé par sa mère qui a senti venir le drame. Quand elle en discute avec les médecins qui suivent dorénavant son fils, ils lui assurent qu’il ne s’agit pas d’un appel au secours : l’enfant projette de se suicider depuis plusieurs mois déjà.

Avant de passer à des actes aussi violents, ses camarades s’en prenaient déjà à lui, à l’école primaire. Ils lui jetaient des cailloux, sur le chemin du cours de sport. Le personnel de l’école, alerté par les parents a promis de s’en occuper, avec les résultats que l’on sait aujourd’hui.