"Merci pour ce moment", le livre de Valérie Trierweiler sort ce jeudi en librairie. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il dézingue François Hollande et dresse le portrait d’un homme bien loin du "président normal" qu’il revendiquait en 2012.

Valérie Trierweiler n’y va pas avec le dos de la cuillère. Huit mois après avoir été remerciée par François Hollande suite à l’éclatement de l’affaire dite Hollande-Gayet, la journaliste de Paris Match prend sa revanche. Dans Merci pour ce moment, un livre qu’elle garantit sans tabou et sans mensonge, l’ancienne locataire de l'Elysée règle ainsi ses comptes avec son ex. Au menu de ce plat qui se déguste froid : grand déballage de leur vie privée et de révélations choc sur ce qu’elle assure être le vrai visage du président. La preuve en extraits du livre.

Un homme aux goûts de luxe

"Il aime les grands restaurants (…) les grands hôtels (…), ne mange pas mes fraises si elles ne sont pas des ‘gariguettes’, ne goûte pas aux pommes de terre si elles ne proviennent pas de Noirmoutier, et met directement à la poubelle la viande si elle est sous vide", assure Valérie Trierweiler à propos de François Hollande.

Un homme méprisant envers les gens aux revenus modestes

Assurant qu’il la surnommait parfois "Cosette", Valérie Trierweiler raconte également comment le président a "méprisé" sa famille dont les origines sont modestes : "Je me souviens d’un soir, au sortir d’un repas de Noël chez ma mère (…) il se tourne vers moi, avec un petit rire de mépris, et me jette ‘Elle n’est quand même pas jojo, la famille Massonneau’".

Toujours selon son ex-compagne, François Hollande s’amuserait à surnommer les gens pauvres "les sans-dents".

Un homme parfois macho

A propos de leur vie intime, Valérie Trierweiler revient, entre autres, sur un échange qu’elle aurait eu avec François Hollande un soir dans leur salle de bain : "Ça te prend beaucoup de temps pour être aussi belle ?", lui aurait demandé le président. Ce à quoi elle aurait acquiescé avant qu’il ajoute : "En même temps, on ne te demande rien d'autre".

"Il est froid. Ne sourit pas. Je suis son faire-valoir, mais je ne dois rien valoir", analyse par ailleurs la journaliste de Paris Match.

Un homme menteur

Ce sont sans doutes les pages les plus attendues de cet ouvrage : celles concernant l’affaire Hollande-Gayet et la rupture Hollande-Trierweiler. A ce propos, l’ex-Première dame raconte notamment un rendez-vous entre elle et son ex-compagnon à l’Elysée :

"Je gravis rapidement l'escalier qui mène à l'appartement privé. François est déjà dans la chambre (…). Nous nous asseyons sur le lit. Chacun du côté où nous avons l'habitude de dormir. Je ne peux prononcer qu'un seul mot:

- Alors?
- Alors, c'est vrai, répond-il.
- C'est vrai quoi? Tu couches avec cette fille?
- Oui, avoue-t-il en s'allongeant à demi, appuyé sur son avant-bras.

Nous sommes assez près l'un de l'autre sur ce grand lit. Je n'arrive pas à accrocher son regard, qui se dérobe. Les questions se bousculent.

Publicité
-Comment c'est arrivé ? Pourquoi ? Depuis quand ?
-Un mois, prétend-il
Je reste calme, pas d'énervement, pas de cris. Encore moins de vaisselle cassée comme la rumeur le dira ensuite, m'attribuant des millions d'euros de dégâts imaginaires.
Ses mensonges remontent à la surface, la vérité s'impose peu à peu.
Il admet que la liaison est plus ancienne. D'un mois, nous passons à trois, six, neuf et enfin un an".

Vidéo sur le même thème - La rentrée de Hollande compliquée par la sortie du livre de Trierweiler


mots-clés : Mangé, Rupture

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité