Elle avait participé à une campagne d’affichage de la gendarmerie nationale, mais aujourd’hui Seaade Besbiss porte plainte pour harcèlement moral.

Son nom ne vous dit rien, mais vous avez sans doute vu son visage. En effet, Seaade Besbiss a prêté son image pour une campagne d’affichage de la gendarmerie nationale afin d'incarner l’égalité hommes-femmes.

Mais aujourd’hui, cette ancienne gendarme adjoint volontaire (GAV) affectée dans les Yvelines se retourne contre son employeur en décidant de porter plainte pour harcèlement moral, révèle Métronews.

Tout aurait commencé lors d’une patrouille de nuit

Dans sa plainte déposée le 1er mars dernier et que le site a pu consulter, la jeune femme de 28 ans dit avoir subi de nombreuses brimades de la part du lieutenant qui la supervisait. "Tout aurait commencé lors d’une patrouille de nuit. Son supérieur, le lieutenant D., lui aurait posé des questions sur sa vie amoureuse, ses expériences et sur le désir d’avoir des relations d’un soir avec un officier", écrit Métronews.

Mais si Seaade Besbiss a coupé court à la conversation, elle estime que depuis ce jour-là, leur relation s’est détériorée. "Il était très froid, de mauvaise humeur et m’a surchargée de travail. Je ne lui reproche pas de m’avoir draguée. Mais de m’avoir fait payer mon refus", explique-t-elle.

Publicité
Seulement une enquête de l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale (IGGN) n’a pas révélé de problème de harcèlement. "Si ce n’est une maladresse de vocabulaire de la part du supérieur. En revanche, elle a pointé une propension à l'affabulation et à la mise en scène chez la plaignante", a indiqué un connaisseur du dossier au journal en ligne.

Vidéo sur le même thème : Journée de la femme : Noémie, maman et mécanicienne de la gendarmerie nationale

mots-clés : égérie

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité