Ce mercredi 9 juillet, neuf militantes Femen ont été condamnées à payer 1500 euros pour la dégradation d'une cloche dans la Nef de Notre-Dame. C'est la première fois que les activistes féministes passent devant la justice en France.
© AFP

Ce mercredi 9 juillet, les féministes Femen étaient convoquées au tribunal correctionnel de Paris. Le groupe "sextrémiste" mené par Inna Shevchenko était entre autres poursuivi pour avoir dégradé l’une des cloches exposées dans la nef de la cathédrale Notre-Dame de Paris au cours d’une de leurs "performances" en février 2013. Neuf d’entre elles ont ainsi écopé d’une amende de 1500 euros pour cet acte.  

Lire aussi : l'ex-femen Amina Sboui déclare s'être fait agressée à Paris par des salafistes

Cette action s’est déroulée dans le contexte de la démission du pape Benoît XVI. Les activistes entendaient ainsi profiter de la couverture médiatique de l’événement pour contester la légitimité du Vatican tout en manifestant en faveur du mariage pour tous.

D’autres peines allant de 250 à 500 euros ont également été prononcées à l’égard de trois membres du service d'ordre de la cathédrale. Les Femen avaient déposés plaintes pour violences contre les gardiens de la cathédrale qui les avaient "maîtrisées".

Il s’agit du premier procès des Femen en France. Vendredi, un autre concernera une activiste qui a depuis quitté le groupe. Elle doit comparaître seule pour "exhibition sexuelle" à la Madeleine. Le 20 décembre 2013, cette militante était allée seins nus déposer sur l’autel des morceaux de foie de veau censés représenter un fœtus mimant alors un avortement.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :