Si Léa Salamé est connue du grand public, c'est moins le cas de son compagnon. Il vient de se lancer en politique, qui est-il ?

Le discret compagnon de Léa Salamé : un nouveau visage politique

Si la journaliste politique Léa Salamé est connue du grand public, son compagnon Raphaël Glucksmann l’est un peu moins. Près de trois ans après leur rencontre coup de foudre sur le plateau de l’émission On n’est pas couché, le philosophe de 39 ans a lancé, ce mercredi 7 novembre dans une tribune publiée par Libération, un nouveau parti politique de gauche baptisé Place publique.

Une nouvelle casquette pour ce touche à tout qui ne devrait en rien interférer avec la carrière de la mère de leur fils, Gabriel, né en 2017. En effet, le compagnon de Léa Salamé a déclaré : "Moi, non, je ne serai pas candidat a priori", en faisant allusion aux élections européennes de mai 2019, rapporte L’Obs. Pour le moment l’objectif est d’"élaborer un programme de gauche, écologiste, social, européen " et d’appeler les citoyens à "agir avant qu'il ne soit trop tard".

L’essayiste, fils du philosophe André Glucksmann, était jusqu’à présent connu pour ses ouvrages. Le dernier en date, Les Enfants du vide (éd. Allary), devenu un véritable best-seller en se plaçant en tête des ventes quelques jours après sa parution le 11 octobre dernier, est la première pierre de ce mouvement politique qu’il a mis en avant durant la promotion de son livre.

A lire aussi : Léa Salamé : son compagnon a travaillé avec un des candidats à l'élection présidentielle

Le discret compagnon de Léa Salamé :  le parcours polyvalent de Raphaël Glucksmann

Publicité
Avant de se lancer en politique, Raphaël Glucksmann a eu plusieurs vies. Diplômé de l’institut d’études politiques de Paris, il part sept mois en stage de l’autre côté de la Méditerranée comme journaliste au Soir d’Algérie. En 2004, il réalise le documentaire Tuez-les tous ! sur le génocide au Rwanda. Pays où il mènera de nombreuses missions en tant que cofondateur de l’association Etudes sans frontières (ESF), tout comme en Tchétchénie.

Mais son parcours sur le globe ne s’arrête pas là. Toujours loin de sa France natale, le compagnon de Léa Salamé devient en 2009 un des conseillers du président géorgien de l’époque Mikheïl Saakachvili. Puis en 2013, à la suite des évènements de Kiev en Ukraine, il rejoint ce pays pour y soutenir Vitali Klitschko, l’ex-boxeur devenu l’un des leaders des manifestants pro-européens. Au cours de ces deux expériences, il met en avant ses idées pro-européennes et anti-russes.

Il retourne en France en 2017 et devient chroniqueur dans Questions politiques, l’émission dominicale de France Inter. Il est également directeur de rédaction du Nouveau Magazine littéraire de décembre 2017 à août 2018. Une expérience qui prendra court après une divergence de fond avec le principal actionnaire Claude Perdriel. Notamment car il était critique à l’égard d’Emmanuel Macron comme il l’expliquera sur son compte Twitter.

Vidéo : Quand les politiques et les journalistes fricotent

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité