En cavale depuis le 12 juin dernier après avoir arraché son bracelet électronique, un violeur récidiviste français aurait été localisé ce week-end en Espagne. Considéré comme "dangereux", son portrait avait été diffusé par la police française.

Activement recherché par la police française depuis sa fuite le 12 juin dernier, le violeur récidiviste Jean-Luc Moindrot aurait été localisé ce week-end à Madrid (Espagne), affirme le quotidien espagnol ABC. L’information a depuis été relayée par Paris-Match.

Le violeur pédophile qui vivait en colocation à Nancy avait brisé son bracelet électronique il y a deux semaines avant de prendre la fuite. L'objet avait été retrouvé par terre près de son domicile. Décrit par le procureur de la République de Nancy comme "dangereux" avec un "risque de récidive avéré", son identité avait été dévoilée afin de mettre en garde la population.

Si la police a décidé de diffuser la photo et le nom du violeur, c’est parce qu’il a effectivement un passé très lourd : il a été condamné en 1991 à Orléans à neuf ans de prison pour viol. En 2001, il a de nouveau été condamné à Auxerre. Cette fois-ci il avait écopé de 20 ans d’enfermement, dont 13 ans de sureté, pour trois nouveaux viols.

Publicité
"Par le jeu des remises et des réductions" de peines, Jean-Luc Moindrot devait être libéré de sa cellule le 3 décembre 2013, a expliqué le procureur de la République. Toutefois, au "vu de son profil psychiatrique", une mesure de surveillance judiciaire sous bracelet GPS de 45 mois lui avait été proposée, ajoute le magistrat du ministère public. Le détenu avait accepté.

Depuis sa libération, le criminel avait trouvé un emploi et semblait s’être adapté à ce mode de surveillance. Rien ne laissait alors présager cette fuite soudaine.

Vidéo sur le même thème : Nancy: le parquet diffuse le signalement d'un violeur récidiviste en fuite - 14/06

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité