Deux chercheurs espagnols ont récemment affirmé avoir découvert la plus symbolique des reliques : le Saint Graal. Selon eux, le calice aurait dormi depuis dix siècles dans la basilique de San Isidro de Leon, dans le nord de l'Espagne.
Illustration

La basilique espagnole de San Isidro de Leon abriterait-elle le calice dans lequel le Christ a bu lors de son dernier repas et qui a servi a recueillir son sang ? C’est en tout cas ce qu’ont affirmé deux chercheurs espagnols…avant d’être contredits mardi par plusieurs experts !

Le calice désigné comme le Saint Graal se trouve dans la basilique de San Isidro de Leon depuis les années 1050. Selon les deux chercheurs Margarita Torres, professeur d’Histoire médiévale à l’université de Léon et José Miguel Ortega del Rio, historien de l'art, le calice est considéré "par les communautés chrétiennes de Jérusalem comme celui du dernier repas" et ce, "depuis les quatrième ou cinquième siècle".

La découverte de parchemins Egyptiens conduit au Graal

Ornée de pierres précieuses, la coupe était considérée jusqu’à aujourd’hui comme le calice de l'infante Doña Urraca, fille de Ferdinand 1er le Grand, roi de Leon de 1037 à 1065. En 2011, deux parchemins égyptiens ont été redécouverts dans la bibliothèque de l'Université Al-Azhar du Caire. Les deux historiens estiment, en ce fondant sur ces textes, que le calice de la princesse espagnole était bien celui du dernier repas du Christ.

L'authenticité est contestée

"On ne peut pas trouver ce qui n'existe pas", affirme le professeur d'Histoire médiévale à l'Université autonome de Madrid, Carlos de Ayala. En effet, pour nombre de médiévistes, les légendes du Graal doivent être abordées sous l'angle symbolique et non historique. Ainsi, la découverte du Saint Graal est d'ores et déjà remise en question par de nombreux historiens.

200 Saint Graal revendiqués en Europe

Les historiens, auteurs de l’enquête, viennent de publier un livre, Les rois du Graal. Selon ces derniers, il existe en Europe environ 200 calices supposées être le célèbre Graal.

Face à l’afflux de curieux dans la Basilique de San Isidro de Leon, la coupe qui était exposée sous une vitrine de verre, a été remplacée par une copie.

Vidéo sur le même thème : remise de la copie du Saint-Suaire de Turin

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !