Prix de l’essence : pourquoi ça ne va pas s’améliorer

Les cours du baril de pétrole ont progressé ces dernières semaines, et dernièrement à cause des tensions au Moyen-Orient après l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, qui a été tué dans un raid de l’armée américaine le 3 janvier. Trois jours après, le prix du baril atteignait déjà un prix record, puisque le baril de Brent avoisinait alors les 70 dollars dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 janvier. Il s’agit du plus haut niveau du baril de Brent depuis le mois de mai 2019.

Cité par Capital, un courtier explique que les cours devraient rester élevés "tant que la pression ne retombera pas entre Washington et Téhéran". "La hausse des prix du pétrole suscite des inquiétudes concernant l’économie mondiale, déjà fragilisée par un secteur manufacturier faible et une demande des consommateurs qui ralentit", précise un autre courtier, lui aussi cité par le site d’informations.

Alors que le prix de l’essence est déjà dépendant de la situation au Moyen-Orient, en France, certains s’inquiètent d’une possible pénurie de carburant liée aux blocages des raffineries, qui débutent ce mardi 7 janvier.

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.