Loup Bureau, 27 ans, est arrivé ce dimanche 17 septembre à l'aéroport de Roissy. Le journaliste a été détenu 51 jours en Turquie où le gouvernement l'accusait d'appartenir à "une organisation terroriste armée". 
Le journaliste Loup Bureau est de retour en France©AFP

Il est enfin libre. Après 51 jours de bataille et de négociations, le journaliste Loup Bureau est de retour en France. Le jeune homme de 27 ans a foulé le tarmac de l'aéroport de Roissy ce dimanche 17 septembre peu avant 9 heures où il a été accueilli par ses proches et la ministre de la Culture Françoise Nyssen relate Le Parisien. Dès son arrivée, il a confié être "très fatigué, mais content d'être là. (...) Je suis très soulagé".

Questionné sur ses conditions de détention, le journaliste a confié ne pas avoir "été maltraité physiquement. Mais il y a eu des tentatives d'intimidation". Une déclaration à laquelle son père, Loïc Bureau a très vite apporté quelques précisions. Ainsi, il affirme que lors de sa semaine de garde à vue, son fils "a été traité comme les prisonniers kurdes, donc il a subi des sévices physiques (...) et psychologiques. À partir du moment où il était en prison, les choses se sont normalisées".

Accusé d'appartenir à une "organisation terroriste armée"

Peu après son arrivée, le journaliste s'est entretenu par téléphone avec Emmanuel Macron. "Il m'a dit de profiter des prochains jours, de me reposer", a livré Loup Bureau au journal Le Parisien. Et d'ajouter qu'à partir du moment où le président de la République a déclaré qu'il demandait sa libération, plusieurs changements ont eu lieu dans sa captivité.

Le jeune journaliste était emprisonné à Sirnak en Turquie depuis le 26 juillet. Il avait été arrêté à la frontière irako-turque pour des clichés où il posait en compagnie de combattants kurdes syriens considérés comme des terroristes par le régime d'Ankara,et pour des reportages sur des soldats anti-Daech en Syrie réalisés pour TV5 Monde. Loup Bureau avait alors été accusé par le gouvernement turc d'appartenir à "une organisation terroriste armée".

À lire aussi : Turquie : 17 journalistes devant la justice

En Turquie, 170 journalistes, principalement turcs, sont encore incarcérés. La plupart ont été arrêtés après le coup d'État manqué contre Recep Tayyip Erdogan à l'été 2015. Depuis, le président turc s'est lancé dans une purge massive qui vise notamment les médias.

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.