Un homme ciblait les demandes de stage d'étudiantes sur le réseau social professionnel et leur demandait d'enlever leur chemisier, durant les entretiens à distance. Plusieurs plaintes ont été déposées.
 Le faux recruteur pervers de LinkedIn : il arnaquait des jeunes femmes pour tenter de les voir nuesIllustrationIstock

"C’était le premier entretien de ma vie, et c’était tellement glauque..." Comme Candice, 18 ans, de nombreuses étudiantes en recherche de stage ont sans doute été victimes de ce faux recruteur, qui utilisait différentes identités. Il contactait "ses proies" sur les réseaux sociaux, en disant avoir repéré leur CV en ligne et leur proposait un entretien par visioconférence.

Pour Candice, le rendez-vous se déroule le 15 février 2021, avec un certain Armand, se présentant comme le patron de Tesla Magazine. Un nom prestigieux correspondant à un site Internet dédié à la voiture électrique, mais qui n’a, en réalité, aucun lien avec la firme d’Elon Musk, atteste Le Parisien, qui a eu la confirmation de cette dernière.

Faux recruteur pervers : des demandes obscènes

"Au bout de même pas dix minutes, il me parle de bizutage, de réunions en sous-vêtements, de Chantilly dans la bouche...", raconte au quotidien francilien la jeune étudiante, bouleversée.

"Il veut que je prenne des poses et que j’incline ma caméra. Puis, il me demande si j’ai du lait de coco chez moi... Il insiste. Au bord des larmes, je remonte de la cuisine avec de la crème de marron, je lui dis que je veux parler du stage, mais il continue..."

Au total, le pseudo-entretien a duré 25 minutes, qui lui ont paru interminables.

Angelina, 23 ans, a également été confrontée à ce même Armand, en juillet dernier, pour une alternance. "Il m’explique qu’il promeut un management futuriste, basé sur la domination et les châtiments... Il me parle, très habilement, de l’importance de la représentation, des clients que je pourrais être amenée à rencontrer. Et je me retrouve à changer plusieurs fois de vêtements." Si durant les autres entretiens, l’homme n’allume pas la caméra, cette fois-ci elle était bien branchée. Ce témoignage est donc primordial.

D’ailleurs, en janvier dernier, l’homme était invité sur le plateau de BFM Business pour une émission consacrée à Elon Musk. L’ensemble des jeunes femmes qui ont témoigné disent avoir reconnu sa voix…

Contacté par Le Parisien, le patron de Tesla Magazine n’a pas souhaité répondre aux questions.

Si une dizaine de plaintes a été déposées, l’homme a pu piéger bon nombre d’étudiantes, grâce à l’utilisation de nombreux faux noms.

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Vidéo : Comment reconnaît-on un manipulateur ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.