Les gilets jaunes ont de la ressource. Un syndicat de police a signalé ce week-end l'apparition d'une nouvelle "arme" au sein des manifestants en chasubles : le cacatov.
AFP

Le "cacatov" : la nouvelle arme des gilets jaunes

Librement inspirée, au moins par son nom, du cocktail molotov, la dernière arme des gilets jaunes ne plaît pas du tout aux forces de l’ordre. Le syndicat de police UNSA police SDSS s’est insurgé ce week-end face aux nouveaux projectiles reçus par les fonctionnaires mobilisés : le cacatov.

Le syndicat affirme sur Twitter que "des bombes d’excréments" ont été envoyées par des gilets jaunes contre les forces de l’ordre place du Trocadéro à Paris, samedi à l’occasion de l’acte 15. Vraisemblablement, les faits se seraient déroulés au moment de l’interpellation de deux personnes. Dans Le Parisien, un délégué syndical précise : "un collègue a été visé par un bocal, de la taille d’une bouteille d’1 ou 2 litres, qui contenait de la crotte de chien mélangée à de l’eau". Des faits caractérisés par de la préméditation relève d'ailleurs le syndicat sur Twitter.

Le "cacatov" : les policiers sont furieux

Si le surnom de cette nouvelle arme peut prêter à sourire, elle ne fait en réalité pas du tout rire les forces de l’ordre. En cause, sa dangeoristé pour la santé des policiers mobilisés. "Ils [les gilets jaunes] croient que ça ne tache que les vêtements, mais non, c’est dangereux, c’est plein de bactéries, c’est dangereux si ça nous arrive dans les yeux ou si on l’absorbe…. C’est une idée idiote. C’est grave", a ainsi expliqué un délégué syndical au Parisien, qui précise par ailleurs que cette idée avait repérée sur les réseaux sociaux.

Les gilets jaunes s’étaient déjà illustrés par le jet de peinture jaune sur les forces de l’ordre.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.