Deux jours après avoir reçu une autorisation de commercialisation, la société américaine Palcohol s'est finalement vue retirer le droit de vendre l'alcool en poudre qu'elle produit.

Un pas en avant, deux pas en arrière. C’est à peu près ce qui résume actuellement la législation américaine en ce qui concerne l’alcool en poudre. En effet, la société Lipsmark indiquait il y a deux jours sur son site internet avoir été agréablement surprise par l’autorisation de commercialisation du Palcohol par le Bureau de taxation et du commerce de l'alcool et du Tabac (TBB). Fausse joie pour l’entreprise puisque le TBB a s’est rétracté et a déclaré ce mardi à Associated Press qu’il s’agissait en fait d’une erreur. Le produit ne pourra donc pas être vendu sur le sol états-unien.

Un produit atypique

Lipsmark se voulait pourtant rassurant en précisant que le produit serait vendu exclusivement aux personnes ayant l’âge légal pour consommer des boissons alcoolisées, c'est-à-dire 21 ans. La firme déconseille aussi fortement d’essayer de renifler cette poudre d’alcool. Il faudrait renifler au moins 60 grammes de cette poudre pour avoir l'équivalent d'un verre d'alcool, peut-on lire sur le site. Pour la société, il faut "penser au Palcohol comme à n'importe quel autre alcool mais sous forme de poudre qui sera vendue partout où on peut acheter des boissons alcoolisées". Lipsmark, qui est basée dans l'Arizona, a récemment déposé une demande de brevet.

Un produit déjà vendu dans d’autre pays

Si l’alcool en poudre devra attendre avant de s’implanter sur le sol américain, le Japon et certains pays européens ont d’ores et déjà la possibilité d’acheter un tel produit.

Vidéo sur le même thème : a lcool au volant, retenir quelqu'un qui a bu (Essonne)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation