Ce mardi, quelques instants avant que le chef de l'État s'exprime sur la mort de Rémi Fraisse, deux Femens l'ont interrompu, lui demandant si être feministe était comparable à l'exhibition sexuelle.
©Twitter/Adrien Gindre - capture d'écran

Alors que le président de la République s’apprêtait à s’exprimer sur le décès de Remi Fraisse ce mardi, deux féministes ont surgi devant les caméras, poitrines au vent. Elles souhaitaient manifester leur mécontentement concernant les poursuites engagées contre deux Femens, rapporte BFM TV.

"On est accusé d’exhibition sexuelle en France, est-ce que je suis une malade mentale ou une féministe monsieur le Président ?", s’est exclamée l’une d’entres elles alors que la sécurité passait déjà à l’action. François Hollande, visiblement gêné mais avec un léger sourir, s'est montré compréhensif. "Vous êtes féministe et je vous comprends", a-t-il ainsi lancé alors que les jeunes femmes étaient éloignées par les vigiles. Le président a rapidement précisé à l’assemblée présente qu’il s’agissait d’"une revendication qui peut être entendue".

À lire aussi - Les Femen condamnées à 1500 euros d'amende pour la dégradation d'une cloche à Notre-Dame

Une action contre l'idée d'"exhibition sexuelle"

Cette opération a pour origine les poursuites engagées contre deux d'entres elles pour exhibition sexuelle. La première, Yana Jdanova, a été condamnée le 15 octobre à une amende de 1500 euros pour exhibition sexuelle et dégradations après s’en être pris à la statue de cire de Vladimir Poutine au musée Grévin.

À lire aussi -Agressée à Paris, l’ex-femen Amina Sboui placée en garde à vue

Eloïse Bouton, l’autre militante, est actuellement poursuivie pour des faits similaires. Elle s’était présentée seins nus dans l’église de la Madeleine à Paris. Une poitrine sur laquelle était inscrit "Chrismas is cancelled" (Noël est annulé) et "344e salope", une référence au manifeste des 343 femmes qui appelaient à la dépénalisation de l’avortement et à la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en 1971.

Le chef de l’État a déjà eu affaire à ce genre de revendications. La dernière fois, c’était lors du salon du Bourget en 2013. Si les Femens sont entendues, elles ne sont pas forcément écoutées.

vidéo sur le même thème - L'intervention des Femens mardi 28 octobre en présence du président Hollande

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : François Hollande pris à parti par des Femen dans la rue

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.