Une enquête avec de nombreuses zones d'ombre

"Ses enfants sont effondrés", rapporte un homme qui a pu les joindre depuis l'interpellation de la sexagénaire. "On est dans le brouillard", a même confié l'un d'eux au Parisien. Pourtant, d'après d'autres éléments, Aurélie aurait tenté de s'enfuir une première fois et c'est l'un des fils de Marie-Anne H qui l'en aurait empêchée, la forçant à rester. 

Mise en examen mercredi pour "séquestration, abus de faiblesse, violences volontaires habituelles sur personne vulnérable et soumission d'une personne vulnérable à des conditions d'hébergement indignes", la belle-mère a globalement reconnu les faits devant la juge d'instruction. 

Elle a été incarcérée jeudi 21 novembre 2019 dans un quartier de femmes de la prison des Beaumettes, à Marseille (Bouches-du-Rhône). 

Ce lundi, un juge a confirmé son placement en détention provisoire et l'enquête ne s'arrête pas là. En effet, d'autres membres de la famille pourraient être mis en cause s'il s'avérait qu'ils avaient connaissance de la séquestration menée sur la trentenaire et n'avaient rien fait pour lui venir en aide.

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.