Pour la première fois depuis la mort de Johnny Hallyday, Eddy Mitchell a pris la parole. Le chanteur ne mâche pas ses mots quant à la bataille qui oppose Laeticia à Laura Smet et David Hallyday.
AFP

Eddy Mitchell n'approuve toujours pas le choix de Johnny

Frère de cœur de Johnny Hallyday, Eddy Mitchell était resté très discret depuis l’inhumation de l’idole des jeunes, à une exception près. Il avait publié un communiqué en faveur de Laura Smet, dans la bataille qui l’oppose avec son frère, à Laeticia Hallyday, et il n’a pas changé d’avis. Celui avec qui Johnny Hallyday avait fait la tournée des Vieilles Canailles est toujours aussi choqué : "Je ne suis contre personne, juste contre ce qu’a pu faire Johnny. Je ne comprends pas qu’on déshérite ses enfants, on ne doit pas le faire. Laura étant ma filleule, je prends parti pour elle… et pour David. Que David soit musicien ou non, c’est un principe. On a le droit de déshériter ses enfants aux États-Unis pour son chat ou son chien, mais nous ne sommes pas américains", explique-t-il dans Le Parisien

Pas question pour autant de rentrer dans la débâcle judiciaire, Eddy Mitchell regrette : "la merde montée en épingle par des merdes. Foutez la paix aux gens ! Ils ont assez de peine comme cela, tous". Et le rockeur de préciser qu’il n’avait jamais parlé d’héritage avec le taulier.

Johnny n’a eu qu’une seule obsession jusqu’à la fin

Eddy Mitchell se livre aussi sur les derniers intants qu’il a passés avec l’idole des jeunes, leur ultime tournée lui a d’ailleurs "fait un bien fou". Une soirée particulièrement a donné lieu à des moments précieux. "Après le concert de Clermont-Ferrand (…) on a chanté a cappella toutes nos mauvaises chansons. (…) le lendemain, les toubibs qui l’entouraient m’avaient dit : ''Vous lui avez fait un bien fou. Si vous pouvez être comme ça tous les soirs." C’est lui qui s’était fait du bien", raconte Eddy Mitchell.

Jusqu’à son dernier souffle, Johnny Hallyday était obsédé par la musique, mais surtout son ultime album, un volet particulier du conflit entre ses deux aînés et son épouse. En novembre, moins d’un mois avant son décès : "Johnny disait encore des conneries, ce qu’il savait très bien faire : ''Fais chier, je suis en train de faire un album et il me manque deux titres''. C’était son obsession, c’est quand même génial." Et Eddy Mitchelle d’ajouter : "Quand il a quitté la clinique, il savait que c’était fini. Je l’ai revu chez lui et sur son lit de mort".

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : VIDEO Héritage de Johnny : Amanda Sthers balance sur Laeticia

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.