Disons que dans le presque plus simple appareil (qui plus est sur la glace), certains ont davantage de grâce que d'autres. Mais cela, Mark Roberts, coutumier du fait, s'en fiche visiblement éperdument. 

C'est ce qui s'appelle "faire sensation". Ce vendredi 23 février 2018, sur la glace de Pyeongchang alors que la finale messieurs du 1 000 mètres en patinage de vitesse dans le cadre des Jeux Olympiques d'hiver venait de s'achever, Mark Roberts est apparu à moitié nu, vêtu d'un simple petit tutu rose, les cheveux attachés.

A lire aussi : JO d'hiver 2018 : les sportives les plus sexy à suivre pendant la compétition

Toujours en très petite tenue ou tout nu !

Si l'irruption de Mark Roberts (et la tentative chorégraphique qui a suivi) n'a pas manqué d'interpeller et d'amuser les spectateurs venus en nombre, elle est pourtant devenue, pour notre amateur de tutu sur glace, une sorte de spécialité. En effet, le Britannique n'en est pas à ses premières interruptions. En l'espace de quelques années, il est parvenu à interrompre pas moins de 519 évènements sportifs en se montrant sous le jour qui lui convient le mieux visiblement. A savoir : soit en très très petite tenue, soit carrément tout nu.

Coupe du monde de football, championnats du monde d’athlétisme, tournoi de Wimbledon, de Roland Garros, ou encore Ryder Cup en golf... A chaque fois, Mark Roberts laisse un souvenir indélébile aux spectateurs du monde entier. Il a donc une nouvelle fois tenté l'expérience et semé la zizanie sur la glace des Jeux Olympiques de Pyeongchang.

Et s'il concédait déjà en 2013 faire en sorte de ne plus recommencer parce que ses enfants le lui avaient demandé, il a visiblement craqué une fois de plus. Il y a quelques années, Mark Roberts avait même fait l'objet d'un documentaire répondant au nom de "Streak ! L’homme qui ne peut pas garder ses vêtements sur lui". Indéniablement.

En vidéo - Corée du Sud : l'invention du snowboard humain

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.