Par peur "d’incidents", une œuvre d’art représentant des escarpins posés sur des tapis de prière a été retirée d’une exposition à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

Trois semaines après l’attentat à Charlie Hebdo, une artiste a préféré ne pas exposer l’un de ses œuvres en région parisienne par peur "d’incidents". Zoulikha Bouabdellah a en effet décidé de ne pas montrer au public son œuvre intitulée "Silence" représentant 28 paires d’escarpins dorés disposés sur autant de tapis de prière musulmane. Créée en 2007-2008 et déjà exposée à Paris, Berlin, Madrid et New York, cette œuvre devait être exposée dans le cadre de l’exposition Femina ou la réappropriation des modèles au Pavillon Vendôme, à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

"D’éventuels incidents irresponsables non maîtrisables"
Mais finalement il n’en sera rien. Dans un communiqué conjoint, deux commissaires en charge de l’exposition ont expliqué que jeudi dernier ils "ont été informés par la mairie de mises en garde émanant de représentants d’une fédération de citoyens clichois de confession musulmane sur d’éventuels incidents irresponsables non maîtrisables pouvant survenir".

Publicité
Alertée, Zoulikha Bouabdellah aurait ensuite décidé de ne prendre aucun risque. Aussi, aurait-elle remplacé "Silence" par "Dansons", une installation vidéo représentant une danse du ventre sur fond de Marseillaise. Mon intention n’est "ni de choquer ni de provoquer" mais de susciter "un dialogue" entre "profane et sacré" et sur "la place de la femme", s’est justifiée la jeune femme. "Je m'interroge sur les raisons qui poussent une certaine frange de Français de confession musulmane à voir dans cette installation une oeuvre blasphématoire", a-t-elle par ailleurs expliqué, précisant qu’elle mettait cette réaction "sur le compte de l’émotion liée" à l’attentat à Charlie Hebdo.

Vidéo sur le même thème - Premier numéro de Charlie Hebdo après l'attentat : "rendre hommage sans rendre hommage"


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité