Des "cerfs-zombies" se baladent dans les forêts du Canada et des États-Unis mais aussi... en Europe. Cette maladie dégénérative chronique progresse de manière très anormale et inquiétante dans plusieurs pays. Pourrait-elle être transmise à l'homme ?

Une épidémie qui s'apparente à la maladie de la vache folle ? Une déficience qui s'attaque au système nerveux des cervidés tels que les cerfs, les élans, les wapitis ou encore les rennes. Des informations relayées sur le site Centers for Disease Controle and Prevention par les agences fédérales américaines.

Cerfs-zombies : des caractéristiques propres à certains morts-vivants

Une série de symptômes rappelle étrangement des attitudes propres à certains morts-vivants. Les animaux, une fois infectés, sont victimes de trébuchements, de difficultés à courir, d'une apathie et une perte de poids ainsi qu'une sécrétion excessive de salive. "Cela peut prendre plus d'un an avant qu'un animal infecté ne développe des symptômes", expliquent les CDC.

"Dans plusieurs endroits où la maladie est établie, les taux d'infection peuvent dépasser 10% (1 sur 10) et des taux d'infection localisés de plus de 25% (1 sur 4) ont été rapportés. Le taux d'infection chez certains cerfs en captivité peut être beaucoup plus élevé, avec un taux de 79% (près de 4 sur 5) signalé dans au moins un troupeau captif", note l'agence américaine.

Michael Osterholm, directeur du Centre de recherche et de politiques sur les maladies infectieuses de l'Université du Minnesota a alerté les autorités à ce sujet en février dernier, note Sciences et Avenir : 

"Il est probable que des cas humains de maladie débilitante chronique associés à la consommation de viande contaminée soient relevés dans les années à venir", annonce le scientifique extrêmement inquiet.

Pour l'instant aucun cas humain n'a encore été répertorié mais l a possibilité d’une transmission à l’homme est grandement avancée, même si elle n'est pas encore prouvée, prévient le journal scientifique.

Ne pas consommer les viandes de ces bêtes pour le moment

L'Amérique n'est pas le seul pays touché. D'autres cas ont aussi été signalés au Canada. Au total, ce ne sont pas moins de 40 États, imités par 7 provinces canadiennes qui ont interdit l'importation de carcasses d'animaux chassés en dehors de leur territoire. Par ailleurs, la Suède, la Norvège, la Finlande et la Corée du Sud ont été touchées à cause de l'importation de quelques cervidés malades. 

Des centres ont même été ouverts aux États-Unis pour que les chasseurs puissent tester leur proie. Au mieux, il est même préférable de ne pas les chasser et de les consommer.

Le Nevada a par ailleurs décidé de mener une campagne d'échantillonnage entre le 5 octobre et le 27 octobre 2019 afin de mieux comprendre ce phénomène, a annoncé le site départemental de l'État, Nevada Wildlife.

Pour le moment, aucun vaccin n'a été trouvé pour évincer l'épidémie. Les autorités américaines restent à l'affût.