Sommaire

Drame de la rue Erlanger : le japonais cannibale

Près de 37 ans avant ce terrible incendie, la rue Erlanger a été le théâtre d’un sordide fait-divers. Au numéro 10 précisément, en juin 1981, le japonais Issei Sagawa, étudiant en littérature à la Sorbonne-Nouvelle, dévore une jeune Néérlandaise âgée de 24 ans.

Il l’abat tout d’abord à l’aide d’une carabine avant de la découper petit à petit et de la manger pendant trois jours. A chaque étape du rituel morbide, le jeune homme de 32 ans prend une photo. Il tentera par la suite de se débarrasser du cadavre en l’abandonnant dans des valises au milieu du bois de Boulogne.

Lors de son procès, il a été jugé irresponsable puis placé en psychiatrie à Villejuif. Il est finalement extradé vers le Japon où il est de nouveau interné. Déclaré pourtant responsable par les experts japonais, le droit international prévoit qu’Issei Sagawa ne puisse cependant être rejugé au Japon. Il est libéré en 1985.

Consultant pour la télévision, acteur, objet de fascination pour psychiatre ou personnage central d’un documentaire Netflix, il vivrait aujourd’hui en toute discrétion.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.