Une technique insensée a été employée par un étudiant pour que ses parents n'arrivent pas à destination. Les passagers du vol ont eu la peur de leur vie.
Illustration Istock

Mon fils, j’ai raté l’avion ! Un doux rêve, que cet étudiant rennais, âgé de 22 ans au moment des faits, aurait bien voulu voir exaucé en janvier 2019. Pour cela, il a déclenché une fausse alerte à la bombe à l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, d’où partait ses parents pour le retrouver, rapporte le quotidien Ouest-France.

Il détourne un avion pour ne pas voir ses parents : une fausse alerte à la bombe

Il a utilisé une application de traduction afin de modifier sa voix et à transmis ce message depuis son portable : "Écoutez-moi attentivement. L’avion EasyJet en provenance de Lyon ne décollera pas. Sinon, il explosera". Un appel qui a été pris au sérieux par les agents de l’aéroport, qui ont immédiatement déclenchés les procédures de sécurité. 

Publicité

En effet, l’avion de ses parents étant déjà parti, celui-ci a dû faire demi-tour. L’ensemble des passagers ont été évacués et leurs bagages fouillés. Malheureusement pour ce jeune homme, le vol de ses parents a tout de même fini par arriver à destination, quoique avec plusieurs heures de retards. Treize vols prévus à ce moment ont également été retardés par mesure de sécurité.

Publicité

Il détourne un avion à 22 ans : "je ne pensais pas que cet appel allait être pris au sérieux"

Cet étudiant en commerce, ne voulait pas que ses parents découvrent qu’il s’était remis à fumer de la drogue, explique-t-il mardi 21 mai, lors de son audience au tribunal correctionnel de Rennes, relate Ouest-France. "Je ne pensais pas que cet appel allait être pris au sérieux", affirme-t-il. 

Le procureur de La République a insisté durant l'audience, sur l’angoisse vécue par les 158 passagers, présents à bord du vol, dont ses parents. Il a rappelé les nombreuses procédures de sécurité qui ont engendré d'importantes perturbations, "dans une société où les avions tombent à cause du terrorisme"...

Publicité

L'avocat de l'étudiant, Me Bertrand Maillard, a lui mis en avant "l’immaturité" de son client. Il a également pointé du doigt une "souffrance énorme, due à cette consommation de drogue" qu'il aurait subi au moment des faits.   

Il détourne un avion et doit reverser plus de 2 000 euros aux sociétés des aéroports

Il évoque "un geste désespéré", mais qui va avoir des conséquences. En effet le tribunal l'a condamner mardi 21 mai, à neuf mois de prison avec sursis, ainsi qu’une mise à l’épreuve de deux ans.

Il devra également rembourser la société des aéroports de Lyon de la somme 1 351 euros et celle de Rennes-Dinard de 1 000 euros. Par ailleurs, il est dans l’obligation de se soigner et de trouver un emploi ou une formation.

Publicité

Vidéo en lien avec le sujet : Les images de l'atterrissage d'un avion en flammes à Moscou