La famille Hallyday sera-t-elle réconciliée d’ici l’anniversaire de Johnny ? L’avocat de Laura Smet a fait une proposition à Laeticia….

Johnny Hallyday aurait eu 75 ans le 15 juin prochain, cette date qui sera nul doute importante pour les fans, doit aussi être butoir pour l’avocat de Laura Smet, Emmanuel Ravanas. Ce dernier, interviewé au micro de RTLce lundi matin, est revenu en détail sur l’affaire de l’héritage qui oppose sa cliente à Laeticia Hallyday.

C’est une nouvelle étape qui s'ouvre dans ce dossier, sur lequel la justice a déjà en partie statué vendredi 13 avril, gelant en partie les biens immobiliers de Johnny Hallyday, mais refusant à ses deux aînés un droit de regard sur son album posthume. Cependant, comme l’assure Emmanuel Ravanas, Laura Smet et David Hallyday sont prêts à un arrangement avec Laeticia Hallyday, et d’ajouter : "je forme le vœu que le 15 juin, nous aurions réussi à trouver, dans le respect des droits de chacun, un point d'équilibre et régler la succession de Johnny Hallyday."

A lire aussi : Johnny Hallyday : pourquoi vous n’allez pas le reconnaître sur son album posthume

Publicité
Un accord sur deux points

Plaidant en faveur de cet accord qu’il reste à trouver, Emmanuel Ravanas a appelé à déployer "l’intelligence du cœur" pour que les deux parties face des compromis sur deux points précis : "l'avenir immense du devenir de l'œuvre de Johnny (...) et (…) un partage en pleine propriété des biens." L’avocat de Laura Smet a par ailleurs fait part des inquiétudes de sa cliente pour ses deux soeurs, Jade et Joy. "Elles sont héritières sur le papier mais ne reçoivent rien. Elles n'ont aucune certitude juridique d'hériter de quoi que ce soit", a-t-il assuré, ajoutant que pour l’aînée du défunt taulier, il s’agissait "d’un point essentiel".

Déjà, vendredi, les deux parties semblaient ouvertes à un accord. Alors que Maître Ardavan Amir-Aslani, le défenseur de Laeticia Hallyday assurait que sa cliente "ne rejettera jamais une main qui lui serait tendue", l’autre conseil de Laura Smet déclarait à LCI: "si des discussions peuvent s’ouvrir, et nous espérons tous qu’elles s’ouvriront, c’est en suivant ce sillon ouvert par le juge des référés, c’est à dire à l’application du droit français."

Vidéo : Laeticia Hallyday révèle comment Brigitte Macron est devenue son amie

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité