La mairie estime avoir assez patienté sur ce dossier

"Il sait depuis 2009 que ce bien ne lui appartient pas.", explique le maire dans les colonnes du journal. Pour autant, Pascal Morin dit n'avoir pas été averti de son obligation de quitter les lieux, "du jour au lendemain". Par ailleurs, il n'a pas réglé l’indemnité d’occupation de 1 071 euros par mois que la justice lui a ordonné de payer.

Inflexibles, le maire et l'administration fiscale mentionnent "la rupture d'égalité avec les autres contribuables". Ce qui veut dire que Pascal Monin ainsi que sa mère, de son vivant, ont été chanceux d'avoir vécu dans cette demeure aussi longtemps sans s'acquitter de toutes les taxes qu'ils devaient à la commune.

La municipalité veut transformer le domaine en micro-crèche ou la vendre afin de financer la construction d’une cantine. De son côté et de celui de ses soutiens, Pascal Monin attend une audience qui se tiendra le 24 septembre. Il entend y demander un délai supplémentaire et échapper à une expulsion, rapporte Le Parisien.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.