Des documents confidentiels récupérés par nos confrères de Mediapart attestent que François-Henri Pinault, le PDG du groupe de luxe Kering, est aujourd'hui personnellement impliqué dans une opération d'évasion fiscale. A la clé : 60 millions d'euros d'économies chaque année.

Au départ, le montage en question visait à rémunérer Marco Bizzarri, le patron de Gucci, filiale du groupe Kering, en passant par une société offshore située au Luxembourg. Sauf que, mine de rien, révèle Mediapart, cette opération aurait permis à Marco Bizzarri de réaliser, pas moins de 15 millions d'euros d'économies d'impôts par an. Le groupe Kering serait, de son côté, parvenu à économiser près de trois fois cette somme. Soit un total global de 60 millions.

Selon Mediapart, voir un patron du CAC 40 tel que François-Henri Pinault (PDG et héritier du groupe Kering fondé par son père François) s'impliquer personnellement dans un montage d'évasion fiscal se révèle particulièrement rare. Et pourtant, François-Henri Pinault n'aurait pas hésité à mettre la main dans le sac. L'objectif étant, pour lui, d'avoir à s'acquitter du moins d'impôts possible lorsqu'il paye l'un des patrons de ses filiales : Marco Bizzarri.

Kering conteste

Pour l'heure, ces informations ont fermement été contestées par le groupe Kering dans un communiqué transmis à Reuter. Lequel groupe indique avoir "mis en place une gouvernance d’entreprise visant à assurer une conformité totale avec les réglementations fiscales à tous les niveaux, y compris celui de ses collaborateurs". Et de préciser : "En ce qui concerne Marco Bizzarri, il est parfaitement en règle avec les autorités fiscales italiennes, pays où il est résident fiscal".

Mais Mediapart maintient sa version des faits. Le site d'informations étant parvenu à mettre la main sur des documents confidentiels (partagés, depuis, avec le réseau European Investigative Collaborations (EIC)). Selon les documents en question, le PDG de Gucci (domicilié en Italie) aurait, semble-t-il, bénéficié depuis 2010 d'un système d'évasion fiscale. Une opération lui permettant d'être rémunéré via une société offshore située au Luxembourg et de laisser penser qu'il vit en Suisse (d'un point de vue fiscal tout du moins).

Des perquisitions déjà effectuées

Que ce soit pour le groupe Kering avec, en tête, François-Henri Pinault, ou pour le patron de Gucci, le bilan se révèle, somme toute, particulièrement juteux. Sans compter que ces révélations s'inscrivent dans la continuité d'une opération menée en décembre 2017. Des perquisitions avaient, en effet, été effectuées dans les locaux de Gucci à Florence ainsi qu'à Milan à la fin de l'année dernière. Le parquet milanais soupçonnant déjà le groupe d'évasion fiscale.

Publicité
Ce que n'a pas manqué de souligner Mediapart dans son enquête. Le site précisant, par la même, qu'en 2014, des opérations d'évasion fiscale avaient été rondement menées en ce qui concerne la rémunération du patron de Gucci. Pour l'heure, ni François-Henri Pinault, ni Marco Bizzarri n'ont donné suite aux demandes d'éclaircissement.

En vidéo - Salma Hayek : ses confidences étonnantes sur son mariage avec François-Henri Pinault


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité