Le professeur Didier Raoult a déclaré jeudi 14 mai que les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus Covid-19 n'étaient peut-être pas les bonnes. Une argumentation basée sur une étude espagnole.
Fin de l'épidémie : quelle est cette étude espagnole sur laquelle se base le professeur Raoult ?L'infectiologue marseillais s'est une nouvelle fois fait remarquer AFP

Le professeur Raoult ne cesse de faire parler de lui depuis le début de la crise sanitaire. Ce jeudi 14 mai, une de ses déclarations n'est, une nouvelle fois, pas passée inaperçue, explique BFMTV. En se basant sur une étude espagnole menée par le ministère de la Santé et l'Institut de Santé Carlos III, l’infectiologue marseillais a semé le doute auprès des Français sur l’efficacité des mesures prises pour lutter contre le coronavirus Covid-19.

Que dit précisément cette étude ? Pour la réaliser, les chercheurs se sont basés sur un échantillon de 60 983 personnes. Le but ? Analyser les anticorps fabriqués contre le virus. Ils ont constaté ainsi que 5% de la population hispanique en a développé pour lutter contre la maladie. Cela peut sembler très peu, d’autant plus que le pays comptabilise 27 321 décès liés à la pandémie, d’après le dernier bilan officiel.

Le confinement remis en cause

Une immunité qui est encore loin d’être atteinte, cependant une donnée a marqué l’esprit du professeur Raoult, et elle semble l’avoir poussé à remettre en cause les mesures prises par l’État. L’étude espagnole dévoile aussi le taux de séroprévalence chez les travailleurs dits "essentiels". Malgré les consignes de confinement, ces derniers ont dû se déplacer pour effectuer leur activité. Les chercheurs ont ainsi démontré que 5,3% des travailleurs qui sont sortis de chez eux présentent des anticorps, alors que le pourcentage s’élève à 6,3% pour les personnes placées en télétravail.

L’infectiologue marseillais en est arrivé à conclure que, "ceux qui exercent une profession essentielle et qui ont continué à sortir ont été moins contaminés par le Covid-19 que ceux confinés. Cela doit amener à réfléchir sur le confinement". Ces statistiques sont en vérité difficilement interprétables, explique BFMTV.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Chloroquine : qu’est-ce que c’est ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.