Plus d'un mois après la mort d'Elisa Pilarski, les enquêteurs commencent à avancer. Ils ont d'ores et déjà refermé une des pistes évoquées alors que les résultats des prélèvements ADN ne sont pas encore connus.
Femme enceinte dévorée : une mystérieuse piste écartée Istock

Un mois après la mort d’Elisa Pilarski, les enquêteurs continuent d’avancer. La jeune femme de 29 ans, enceinte de six mois au moment de son décès, a été mordue par des chiens le 16 novembre dernier, alors qu’elle promenait en forêt son chien Curtis, un American Staffordshire âgé de deux ans. Très vite, le procureur de la République de Soissons a ouvert une information judiciaire contre X pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l’agression commise par des chiens". Des analyses ADN ont été effectuées sur 67 chiens, les cinq de la victime et les 62 animaux d’un équipage de chasse à courre, mais le mystère demeure.

Femme enceinte dévorée : un promeneur mis hors de cause

Peu de temps avant son décès, Elisa Pilarski avait indiqué sur Facebook avoir croisé un chien malinois non tenu en laisse qui "rôdait dans les environs". Le message posté par la jeune femme a été effacé des réseaux sociaux mais, selon LCI, elle précisait alors s’être disputée avec ce monsieur. A la fin du mois de novembre, le procureur de la République expliquait que cet homme, tout comme son chien, n’avaient pas été identifiés. Mais, selon l’avocate de la famille de la jeune femme, son implication a été écartée par les enquêteurs sur la base d’une différence d’horaires. Auprès de BFMTV, Maître Caty Richard a expliqué : "Elisa avait rencontré cet homme sur les plateaux, à un endroit où elle avait promené son premier chien. Ensuite, elle est partie dans la forêt pour ne pas avoir à le rencontrer à nouveau. On savait qu’il n’y avait pas de risque que ce soit ce chien malinois et son maître".

C’est donc une première avancée pour la famille d’Elisa Pilarski, particulièrement pour sa mère et son compagnon Christophe, qui attendent toujours des réponses à leurs interrogations. Interrogé par France 3 peu de temps après le drame, ce dernier rejetait déjà la possibilité que cet homme et son chien soient impliqués dans le décès de la jeune femme. "Elle a bien croisé un homme qui ne tenait pas son chien en laisse, je pense qu’ils se sont un peu engueulés, mais à mon avis cela ne rentre pas dans l’affaire", expliquait-il alors.

Si ce chien n’est pas impliqué, quels animaux le sont ? Selon les résultats de l’autopsie, le décès de la jeune femme "a pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête". Depuis le début de l’enquête, Christophe Ellul est persuadé que les chiens de la chasse à courre sont en cause, alors que les propriétaires de ces derniers affirment le contraire.

Remportez un chèque cadeau de 500€ et offrez-vous un vélo électrique en participant au grand jeu concours.

Vidéo : Elle poignarde sa voisine pour 50 euros

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.