Sommaire

Femme enceinte dévorée : un début de peur ?

A Saint-Pierre-Aigle, la vie semble avoir très vite repris son cours après le décès d’Elisa Pilarski. Son compagnon Christophe a rejoint la famille de la jeune femme dans le Béarn, expliquant alors au Parisien qu’il souhaitait désormais y faire sa vie, comme ils l’avaient prévu avec sa compagne. Dans ce village entouré par la forêt, où la chasse au chevreuil est commune et où de nombreux habitants possèdent des chiens, certains expliquent tout de même avoir un peu peur. Interrogée par Le Progrès, une famille affirme qu’elle ne se promène plus "au fond de Chafosse", nom donné à l’endroit où a été retrouvée Elisa Pilarski. "Nous avons changé nos habitudes de promenade en forêt", ajoute ces habitants.

S’agit-il d’autres chiens que ceux de la chasse à courre ? Peu de temps après le drame, certains chasseurs n’ont pas hésité à pointer du doigt l’animal de la victime, Curtis. Cet American Staffordshire âgé de deux ans pourrait s’être retourné contre sa maîtresse pour se défendre en se trouvant encerclé par d’autres chiens. Une hypothèse rejetée d’emblée par Christophe Ellul, qui affirme que le chien était "le bébé" d’Elisa Pilarski. Pourtant, un habitant de Saint-Pierre-Aigle ne cache pas son dégoût auprès du Progrès, expliquant, à propos des American Staffordshire : "Ces chiens sont des saloperies, ils sont bien capables de mordre leurs maîtres". Seuls les résultats des prélèvements génétiques permettront de faire toute la lumière sur cette affaire.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.