Sommaire

Mort d’Elisa Pilarski : les chasseurs sont "sereins"

Quelques jours après le drame, la Société de Vènerie, qui représente notamment l’équipage de chasse à courre, a publié un communiqué pour dédouaner les chiens présents à ce moment-là. Examinés par des vétérinaires, les animaux ne présentaient aucune trace de morsure, comme l’explique Jean-Michel Camus à Planet : "A aucun moment nous ne constatons la moindre trace sur nos chiens, aucun chien ne porte de trace, ils sont calmes et toujours à 21. Aucun ne s’est égaré".

Deux mois après la mort d’Elisa Pilarski, les chasseurs sont "impatients d’avoir les résultats des analyses pour discuter des éléments clefs". "Nous sommes sereins, c’est une question de timing et de comportement des chiens, ajoute Jean-Michel Camus. Les chiens de la chasse à courre ne s’acharnent pas à ce point-là sur un être humain. Ils peuvent mordre, comme un chien auquel on retire sa gamelle par exemple, mais je n’ai jamais vu de chiens dévorant ou tuant une personne". Pour ce membre du Rallye la Passion, le comportement des chiens est d’autant plus différent lorsqu’ils sont en pleine chasse à courre : "Ils sont indifférents à ce qu’il se passe autour d’eux quand ils chassent. Ce sont des chiens un peu craintifs".

Qu’a-t-il bien pu arriver à Elisa Pilarski ? En attendant que les résultats de l’enquête soient connus, les chiens de l’équipage de chasse à courre restent au chenil et n’ont participé à aucun événement depuis le drame.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.