Un homme de 55 ans a touché le chômage pendant près de deux ans alors qu'il travaillait dans un club de plongée à l'île Maurice. Le tribunal correctionnel de Nantes l'a condamné à un an de prison ferme, jeudi dernier.

Un ex-cadre originaire de Loire-Atlantique a été condamné à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nantes pour escroquerie, jeudi 7 décembre. L'intéressé n'étant pas sur place, un mandat d'arrêt a été lancé contre lui, rapporte Le Parisien.

Pendant deux ans, Philippe Gougeon, parti vivre sur l'île Maurice avec sa famille, a touché entre 5000 et 6000 euros par mois, l'indemnité maximale de chômage versée par Pôle Emploi. Au total, il aurait ainsi gagné 134 000 euros. Sauf que le cinquantenaire n'était pas exactement sans emploi... A presque 9500 kilomètres de Paris, l'homme avait ouvert un club de plongée avec l'aide de sa femme.

Les premiers soupçons sont apparus quand Pôle Emploi s'est rendu compte qu'il ne se rendait pas aux rendez-vous concernant ses recherches.

Il payait la taxte d'habitation de sa maison vendue depuis tois ans

Le couple avait d'ailleurs gardé un compte bancaire en France, et ils continuaient à payer une taxe d'habitation sur leur ancien domicile de Vigneux-de-Bretagne, pourtant vendu trois ans en arrière. "Il était bien plus avantageux de continuer à payer sa taxe d'habitation que de renoncer à ses allocations chômage", a d'ailleurs relevé le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès dans Le Parisien.

Publicité
La femme de Philippe Gourgeon a également été condamnée à six mois de prison ferme et le tribunal demande à ce que le couple rembourse les allocations chômages perçues depuis près de deux ans.

Sur le même thème : Jacques Attali : "En Autriche et en Allemagne, tout chômeur de plus de six mois est obligatoirement en situation de formation professionnelle rémunérée"

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité