Jean-Michel Lambert, le tout premier juge chargé d’instruire l’affaire Grégory en 1984 est décédé mardi dans des circonstances qui rappellent étrangement celles de la mort du héros de son dernier roman à paraître. Explications.

Mercredi matin, Le Parisien révélait que le corps du juge Jean-Michel Lambert avait été retrouvé dans son bureau, à son domicile du Mans. Trente-trois ans après que l’affaire Grégory lui a été confiée, l’ancien juge d’instruction à la retraite s’est vraisemblablement. Les premiers éléments de l’enquête qui a été ouverte suite à la découverte de son corps indiquent en effet qu’il n’y a pas eu d’effraction et que la victime n’a pas été violentée, laissant ainsi penser qu’elle a volontairement mis fin à ses jours en s’asphyxiant. Le corps du juge a été trouvé dans son bureau, un sac en plastique noué autour de la tête par une cravate.

Une curieuse ressemblance entre la mort de Pierre-Louis Chabert et celle de Jean-Michel Lambert

Des circonstances qui rappellent étrangement celle dans lesquelles le héros de son prochain romain meurt. BFM TVrapporte en effet que le retraité de la justice était sur le point de publier un nouveau roman. La chaîne d’information en continu a même pu se procurer les épreuves de l’œuvre à paraître en septembre prochain. Et force est de constater qu’il existe une curieuse ressemblance entre la mort de Pierre-Louis Chabert, le héros du livre, et celle de Jean-Michel Lambert, son auteur.

Publicité
"Le professeur de médecine Pierre-Louis Chabert, également député d’une circonscription du Maine-et-Loire, s’est donné la mort hier soir dans son bureau au Centre Hospitalier d’Angers. Le corps a été découvert par un confrère, la tête recouverte d’un sac plastique, une bouteille de whisky vide au pied du fauteuil. Cette personnalité éminente de la région, âgée de soixante et un ans, aurait laissé un message en évidence pour expliquer son acte de désespoir", peut-on en effet lire dans le premier extrait retranscrit par BFM TV sur son site. Puis, dans un second passage, on découvre d’autres éléments qui font écho à la mort du juge Lambert. Il est notamment question de "rumeurs abjectes qui ont poussé au suicide d’un homme aux qualités morales exceptionnelles" ou encore "d’accusations ordurières" et d’une "audition" à venir. Autant d’éléments qui, là encore, rappellent les critiques dont avait fait l’objet le magistrat dans les années 1980 sur sa gestion des investigations dans l’affaire Grégory, mais aussi le fait que l’avocat de Murielle Bolle, le témoin clé qui a récemment relancé l’affaire, avait l’intention de le citer comme témoin.

En vidéo - En 2014, Jean-Michel Lambert confiait avoir pensé au suicide

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité