Victime d'une usurpation d'identité, un couple de retraités de l'Ain vit un véritable enfer depuis un mois et demi.
©Fotolia - image d'illustrationFotolia

Un couple de jeunes retraités installé à Vonnas dans l’Ain, est victime depuis un mois et demi d’une usurpation d’identité. Selon Europe 1, il recevrait chaque jour des colis qu’il n’a jamais commandés, des abonnements ou encore des crédits auxquels il n’a jamais souscrits. À tel point que les deux retraités vivent au quotidien dans la hantise.

"Mamie, ta maison est en vente"

Tout commence le 20 octobre dernier, quand les premiers colis sont arrivés. Depuis, Christiane et Roger, les deux sexagénaires, vivent en plein cauchemar, rythmé par les visites quotidiennes du facteur ou d'autres livreurs. "On a eu trois appels pour venir prendre les mesures d’une véranda que l’on a jamais commandée. Le supermarché nous a livré des croquettes pour chat et pour chien, alors que l’on n’a ni chat, ni chien", a raconté Christiane, contactée par Europe 1, au bord de la crise de nerf.

À lire aussi - Escroquerie : attention à une nouvelle arnaque sur LeBonCoin

Dernier coup dur pour les deux Vonnassiens, leur maison a été mise en vente sur le site  LeBonCoin. "Ma petite fille Mélanie nous a alerté : ‘mamie, ta maison est en vente", a raconté Christiane qui a ensuite expliqué avoir reçu entre 50 et 100 appels dans le weekend pour la vente. "On m’a dit que le prix affiché est de 120 000 euros, donc tout le monde est intéressé. Il y a même des gens qui viennent voir", a-t-elle confié. 

Douze plaintes, zéro suspect

Se doutant qu’il s’agit-là d’un mauvais coup, les deux retraités sont allés porter plainte pour usurpation d’identité à la gendarmerie. Les sexagénaires en sont à leur douzième dépôt de plainte et les gendarmes ne parviennent toujours pas à remonter la piste. Seule certitude, une adresse mail au nom du couple a été créée de toute pièce par un individu malintentionné.

À lire aussi - Arnaque sur LeBonCoin : attention aux fausses locations de vacances

Seul le couple était victime de cette usurpation jusqu'à présent. Mais depuis peu, le reste de la famille reçoit aussi des abonnements à des forfaits téléphoniques jamais contractés. "Cela nous détruit. C’est plus qu’un cauchemar, c’est une hantise le matin quand on se lève", a fini par avouer Roger.

Vidéo sur le même thème - Vente de cigarettes sur internet : 400 millions d'euro en moins pour l'Etat