Accusé de harcèlement sexuel par une ancienne collaboratrice, Eric Raoult, le maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis) a reconnu mardi des "moments de faiblesse". L'édile a toutefois dénoncé le comportent de son accusatrice qui, selon lui, "n'hésitait pas à montrer son corps".
©AFPAFP

 © AFP

Rien ne va plus pour Eric Raoult. A quelques jours du premier tour des élections municipales, le maire du Raincy (Seine-Saint-Denis) se retrouve visé par une plainte pour harcèlement moral et sexuel. La plaignante, une ancienne collaboratrice, l’accuse en effet de lui avoir fait des avances pas SMS et d’avoir ensuite saboté sa carrière parce qu’elle les a refusées. Et alors qu’Agnès Desmaret assure que l’édile lui a envoyé près de 15 000 messages plus ou moins graveleux, Eric Raoult a reconnu mardi "un moment de faiblesse" dans les colonnes du Parisien. Evoquant un "véritable coup de cœur" pour la jeune femme, il a expliqué : "entre le moment où elle a été engagée et le moment où je l’ai rencontrée, elle a fait refaire sa poitrine et sa physionomie a changé".

"Peut-être une relation fantasmagorique"Eric Raoult a également tenu à souligner  le "contexte" dans lequel il avait envoyé des messages à Agnès Desmaret. A ce moment-là, l’édile a été hospitalisé à plusieurs reprises et était brouillé avec son épouse.  Au cours d’un entretien accordé à L’Express, il a ainsi indiqué : "Il est possible que j’ai dit qu’elle était jolie… (…) C'est la seule qui m'a tendu la main, la seule qui m'envoyait des textos alors que je n'avais pas de nouvelle de ma femme". Au Nouvel Obs, le maire du Raincy a par ailleurs soufflé que "Mme Desmarest est en outre une ancienne candidate de télé-réalité qui a aussi effectué des prestations de gogo danseuse en petite tenue. La première fois que je l’ai vue, elle m’a soufflé dans le cou. C’est une aguicheuse qui m’a tendu un piège, à la veille des élections municipales, dans le but de me nuire et m’affaiblir politiquement". Et le maire d’assurer : "je n’ai eu aucune relation sentimentale avec Agnès Desmaret. Peut-être fantasmagorique, aucunement sexuelle".

Mardi, le Figaro, qui a pu consulter quelques-uns de messages envoyés par Eric Raoult à Agnès Desmaret, a révélé le contenu de certains. "Vos seins sont des triples A », « Une heure sans vous, je suis en manque", "Je veux vivre pour vous. Vous êtes trop belle et intelligente", pouvait-on ainsi lire. Tous ces messages ont été récupérés par l’avocate de la plaignante et constatés par un huissier.

 

Vidéo sur le même thème - Raoult accusé de harcèlement sexuel: "il y avait une sorte de chantage"

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.