Marianne noire, Marianne à la poitrine (très) généreuse, Marianne Femen… La représentation de la figure allégorique de la République française a plusieurs fois nourri de vifs débats. Souvenez-vous…

La Marianne migrante

Depuis quatorze ans la ville de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) organise chaque année une exposition culturelle pendant laquelle une centaine d’artistes est invitée à présenter ses œuvres. Et alors que le thème de cette année est "Les sources qui ont inspiré les œuvres et instruit les artistes", la sculptrice Corine Pagny a choisi de réaliser une Marianne à partir du portrait d’une jeune réfugiée prise en photo à Calais l’an dernier. Sur l’image, on voit ainsi une jeune femme drapée dans le drapeau tricolore et tenant dans sa main un carton sur lequel est écrit "Like me", en référence au bouton "j’aime" bdu réseau social Facebook. Une manière de montrer que notre société sait répondre aux problèmes de façon virtuelle mais dans la réalité, explique l’auteur de l’œuvre.

Publicité
Publicité

Une initiative qui n’a cependant pas convaincu Wallerand de Saint-Just, le candidat FN aux prochaines élections régionales en Ile-de-France. Celui-ci a même réuni une dizaine de frontistes pour protester devant la mairie de Fontenay-sous-Bois, rapporte Libération précisant qu’ils scandaient "Libérez Marianne !".

La Marianne à la poitrine généreuse

Des seins (très) généreux, une taille (très) fine et un bonnet phrygien. L’œuvre de Yannick Cohonner, un artiste plasticien de Quimper, n’avait pas convaincu l’ensemble des habitants de cette commune du Finistère. Exposé en juillet 2014 dans le cadre d’une installation temporaire dans le hall de la mairie, ce buste de Marianne a en effet été jugé "trop sexy", rapporte Le Télégramme. Bien loin des représentations habituelles de Marianne, celui-ci était inspiré de Cindy Lee, "strip-teaseuse et ancienne candidate du Parti du plaisir aux dernières élections présidentielles", précise par ailleurs Ouest France.