Alors que le célèbre quotidien traverse des difficultés financières, la publication de cette une choc ne manque pas de faire parler de lui.
© Capture Twitter/@libe

"La parole est à la défonce", tel est le crédo de Libération ce matin qui relaie une étude internationale promouvant une connaissance approfondie des drogues en évoquant la viabilité de leur "usage raisonné". D’où le titre de la une "Droguez-vous  avec modération" que les lecteurs ont pu découvrir ce matin en kiosque.

Le journal, de concert avec l’étude réalisée par le psychiatre londonien Adam Winstock, part du constat que la "prohibition a échoué" dans la mesure où les mesures restrictives n’ont su entraver l’augmentation criante de la "consommation de masse". Les conclusions de cette étude, dont Libé s’est fait sienne, promeut des processus d’éducation et de sensibilisation afin que "chacun soit maître de ses addictions".

Il existe d'ailleurs un site élaboré pour guider les consommateurs vers une attitude raisonnable à l'égard des drogues, le "High Way Code".

Le journaliste d'Europe 1 Thomas Sotto, dans sa revue de presse, émet de sérieuses réserves sur ce qui est avancé par le quotidien. "C’est à se demander ce qu’ils ont pris à Libé" s’interroge le journaliste avant de regretter qu’à "aucun moment ils – les journalistes de Libération - donnent la parole à un médecin ou un toxicologue qui pourrait mettre cela en perspective".

Le présentateur de la célèbre matinale semble néanmoins oublier que l’instigateur de cette étude est un psychiatre (donc médecin) même si Adam Winstock part d’un principe plutôt déroutant en affirmant que la cause de la consommation de substances illicites et dangereuses "n'est pas la dépendance, mais le plaisir".

Vidéo sur le même thème: La guerre contre la drogue n'a pas chassé la coca des Andes

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Vidéo : La guerre contre la drogue n'a pas chassé la coca des Andes

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.