Ils martyrisent les habitants et effraient les autorités publiques depuis plus de 2 ans. Qui sont-ils ? Pourquoi font-ils si peur ? Témoignage.
Drogués à la colle, armés, violents... Ces enfants des rues qui terrorisent la mairie de ParisIllustrationIstock

"Désinhibés par le Rivotril, un anxiolytique, ils commettent des vols avec violence, agressent des personnes âgées", écrivent Nadia Le Brun et Airy Routier, les journalistes qui se sont penchés sur l’action d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris. Dans le deuxième ouvrage qu’ils consacrent à la maire de la capitale, Saint-Anne ! (Ed. Albin Michel), ils s’attardent notamment sur les bandes de jeunes qui arpentent certaines des rues de la ville lumière, entre chien et loup puis une fois la nuit tombée. 

"Il leur arrive de faire tomber au sol des vieilles dames pour leur arracher un collier sans valeur. Ils refusent tout contact et prise en charge", poursuivent les deux journalistes, qui pointent aussi du doigt le désarroi de la police. "Certains on le regard vide, à force de sniffer de la colle", explique d’ailleurs l’un des gardiens de la paix interrogé dans le cadre de leur ouvrage à charge contre Anne Hidalgo.

Ils sont loin d’être les seuls à s’alarmer de ce problème, connu à Paris depuis 2016 déjà. En effet, nombreux sont les  résidents sont épuisés. Ils n’en peuvent plus. "Ils mènent des attaques en groupes contre les passants. Parfois en brandissant des couteaux. Impossible de se promener avec une chaîne au cou ou un portable à la main : ils sont ingérables, inaccessibles à la discussion. Il nous font vivre l’enfer", déplore une quinquagénaire au micro du Parisien/Aujourd’hui en France. Ce sinistre portrait qu’elle brosse, c’est celui de groupes de mineurs violents, originaires du Maroc. Selon les informations du quotidien, ils seraient entre 60 et 80, âgés de 13 à 17 ans. Tous sont sans papiers d’identité, arrivés seuls et seraient passés par Melilla, une ville autonome espagnole située sur la côte nord-ouest de l’Afrique.

A lire aussi : Nordahl Lelandais : une troisième affaire se précise

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.