Ce mardi matin aux aurores, un incendie a fait cinq victimes à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Les enquêteurs privilégient l'hypothèse de l'homicide et soupçonnent le père d'être responsable.

Incendie à Pau : l’hypothèse du drame familial privilégié

Drame familial ? Les pompiers ont été appelés ce mardi matin à 6h pour un simple incendie d’habitation à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Une fois à l’intérieur des lieux, les pompiers ont découvert une scène macabre : cinq corps ensanglantés, dont celui d’un enfant de deux ans, gisants sur le sol. Les enquêteurs privilégient l’hypothèse d’un meurtre dont le père serait le responsable.

A lire aussi :Photos : les images de l'incendie du tribunal de grande instance de Paris

C’est un voisin qui a prévenu les secours. Il avait repéré de la fumée s’échapper d’un appartement du premier étage. Comme l’a souligné Sud-Ouest, il s’inquiétait de voir du sang couler sur le rebord d’une fenêtre et il "ne pouvait pas ouvrir la porte de l’appartement." A l’intérieur : un couple de trentenaires d’origine espagnole, leur petit garçon, le grand-père maternel, une femme et du sang, beaucoup de sang. "On a vite compris que la famille était morte ", a témoigné un voisin, interrogé par L’Express.

Si feu n’a pas été compliqué à maîtriser et n’a fait aucun blessé supplémentaire, le sauvetage s'est vite muté en enquête criminelle. Cécile Gensac, procureur de la République de Pau a déclaré ce mardi après-midi dans un communiqué : "Les premiers éléments permettent d’envisager la piste du drame familial, une dispute semblant être survenue un peu plus tôt, en fin de nuit".

Publicité
La mère de famille était, en effet, ligotée et bâillonnée. Son corps ne présentait pas de marques de violences, comme celui de l’enfant. Les autres victimes ont, en revanche, subi des sévices. Le parquet de Pau a déclaré en ce sens : "Les deux victimes les plus âgées présentaient des blessures au crâne pouvant avoir été réalisées par un objet contondant. Le deuxième homme présentait des traces d'entailles sur les deux poignets". Les enquêteurs soupçonnent le père de famille d’être responsable du drame avant d'avoir tenté de s'ôter la vie.

Incendie à Pau : des scènes de violence

Maria, une voisine, a déclaré à L’Express : "Ce matin, quand j'ai vu leur balcon depuis le mien, toutes les fenêtres étaient fermées. Ce qui n'arrive que quand ils partent en vacances et il y avait un filet de sang qui coulait..." Elle se souvient notamment avoir entendu des cris quelques jours auparavant : "J'avais laissé ma fenêtre ouverte et j'ai entendu une grosse dispute dans leur appartement. Une voisine a appelé la police. Puis tout s'est calmé. C'était la première fois que je les entendais se disputer". D’après elle, une autre voisine se souvient avoir entendu des cris et des pleurs émanant clairement d’un enfant le jour du drame : "Une voisine a été réveillée vers 5 h par des cris et des bruits de violence et un bébé qui pleurait depuis cet appartement."

Après enquête, il a été révélé que la mère de famille avait déposé plusieurs mains courantes contre son mari. L’adjoint à la sécurité à la mairie de Pau l’a confirmé à l’Express : "L'épouse avait déposé plusieurs mains courantes pour des violences ou des menaces émanant de son mari, dont une l'avant-veille". Elle aurait, par ailleurs, parlé de violences conjugales à une voisine retraitée.

D’après les informations de Sud-Ouest, l’homme était inconnu des autorités.

En vidéo - Brésil : un immeuble en feu s'effondre à Sao Paulo

mots-clés : Incendie, Pau, Drame familial

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité