Michel Fourniret : "A l’âge que j’ai, je n’ai rien à craindre"

"Dans l’impossibilité où je suis de vous dire si je suis responsable de sa disparition (…), je vous exhorte à me considérer comme coupable, à me traiter comme coupable", avait déclaré le tueur en série, condamné à la réclusion à perpétuité en 2008, le jour de sa mise en examen.

"A l’âge que j’ai, je n’ai rien à craindre ni à perdre. Si cette petite avait croisé mon chemin, je vous le dirais (…) mais je n’en ai pas souvenance", avait-il poursuivi, selon 20 minutes.

Déjà, le 24 janvier dernier, Monique Olivier confiait à la juge d’instruction que, selon elle, Michel Fourniret avait "possiblement" tué Estelle Mouzin. La "fillette" était "son profil type" et il aurait effectué des repérages dans les jours et semaines qui ont précédé la disparition, indique Franceinfo.

Comment a-t-il procédé ?

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.