Depuis le 26 août dernier, aucune trace de Maëlys, disparue en marge d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin. Dans la commune, le sujet habite un peu moins les conversations, mais les habitants restent suspendus au dénouement.
AFP

La salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin a recommencé à accueillir des événements le week-end dernier. C’est là que Maëlys, 9 ans, a été vue pour la dernière fois, alors qu’elle participait à une fête en marge d’un mariage avec ses parents. Un suspect a été écroué et mis en examen, mais aucune trace de la fillette.

Dans la ville, les habitants ont été profondément marqués. "Dans les jours qui ont suivi la disparition de la petite, c’était évidemment le sujet de conversation dont parlait tout le monde, d’autant plus qu’on était proche de la rentrée scolaire. Il y avait quelque chose dans l’ambiance de la ville, on sentait que ça pesait, et aussi sur le moral des gens. Les gens étaient aussi inquiets", raconte Elisabeth du bar le Carouge.

Laetitia, habitante de Pont-de-Beauvoisin, évoque même un traumatisme : elle s’était mariée le 1 er juillet à 800 mètres de là et le suspect habite à moins d’un kilomètre de chez elle. La disparition de Maëlys a notamment provoqué quelques changements à l’école comme l'explique cette mère de deux petites filles. "Les enfants sont traumatisées, ils parlent beaucoup entre eux. A l’école, beaucoup de choses ont changé. Il y a eu la présence de la gendarmerie à l’entrée et à la sortie de l’école. Ça ne laisse pas les enfants indifférents. Au niveau de la vigilance des enfants qui partent, tout le monde est très attentif. On a entendu des réflexions qu’on n’entendait pas avant : savoir avec qui ils partent, si la personne est bien inscrite. Tout est vérifié et contrôlé plus qu’avant. C’est rassurant", explique-t-elle.

A lire aussiDisparition de Maëlys : on sait ce que le suspect a raconté pendant son audition

"Il faudrait qu’on la retrouve"

Si Pont-de-Beauvoisin a été frappé de plein fouet par cette disparition inquiétante, la ville et la vie reprennent peu à peu leurs droits, estime Elizabeth. "Les gens en parlent moins. Il y a encore l’affiche sur la plupart des commerces avec les photos de la petite, mais ce n’est plus au premier plan. C’est la vie qui continue mais on y pense régulièrement, les gens y pensent régulièrement", précise-t-elle.

Laëtitia explique avoir capté régulièrement des discussions sur le sujet. Même si les "choses reviennent à la normal", elle estime que tout le monde "est suspendu au dénouement". "Il faudrait que le type qui a été arrêté parle, il faudrait qu’il se passe quelque chose. Il faudrait qu’on la retrouve, c’est dramatique. La souffrance des gens, c’est dramatique. C’est quand ça vous touche de près; comme ça, qu’on se dit que ça doit être insupportable à vivre", confie-t-elle.

 

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !