Un mois après la disparition de Delphine Jubillar, les enquêteurs cherchent toujours à comprendre pourquoi elle aurait quitté son domicile en pleine nuit. Pour eux, elle n'a pas disparu de son plein gré.
Disparition de Delphine Jubillar : pourquoi serait-elle partie de chez elle en pleine nuit ?La maison du couple Jubillar à Cagnac-les-MinesAFP

Le mystère s’épaissit de plus en plus. Près d’un mois après la disparition de Delphine Jubillar, ses proches n’ont toujours pas les réponses aux questions qu’ils se posent. L’infirmière de 33 ans et mère de deux enfants a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre, laissant derrière elle tous ses effets personnels sauf son téléphone portable, qui a cessé d’émettre seulement quelques heures plus tard. Depuis, c’est la stupéfaction dans le village de Cagnac-les-Mines (Tarn), où elle vivait depuis plusieurs années avec son époux Cédric et leurs deux enfants, un garçon de six ans et une petite fille de 18 mois.

Les gendarmes ont mené des recherches intenses ces quatre dernières semaines, aidés par des habitants du village et des alentours lors d’une grande battue citoyenne le 23 décembre dernier. Famille, amis, collègues, voisins, connaissances… Tous ceux qui connaissent la jeune femme ont été interrogés par les enquêteurs, qui se concentrent toujours sur plusieurs pistes. S’ils n’excluent rien, ils croient tout de même de moins en moins à la thèse de la disparition volontaire, plausible au début de l’enquête. En effet, Delphine Jubillar est décrite par ses proches comme une "mère poule", qui n’aurait "jamais abandonné ses enfants".

Affaire Jubillar : ce que l'on sait de la nuit de sa disparition

A-t-elle fait une mauvaise rencontre ? A-t-elle croisé un rôdeur de passage ? Etait-elle au mauvais endroit au mauvais moment ? S’ils ont de nombreuses pistes à remonter, les enquêteurs buttent sur plusieurs éléments manquants. Le premier concerne l’heure précise de la disparition de la jeune femme. Depuis le début de l’affaire, le témoignage d’une voisine âgée – et qui est pris avec précaution par les gendarmes – précise que la jeune femme est partie de chez elle entre 23 heures et quatre heures du matin avec ses deux chiens. Cette plage horaire est aussi celle donnée par son mari, puisque ce dernier est allé se coucher avant elle vers 23 heures et qu’il a constaté à quatre heures du matin que son épouse n’était plus là, après avoir été réveillé par un de ses enfants.

Cédric Jubillar s’est récemment porté partie civile dans cette affaire pour pouvoir avoir accès aux avancées de l’enquête. Les investigations se sont concentrées sur la maison du couple, qui était en instance de divorce et faisait face à des soucis financiers. Si la piste qui mène au mari n’est pas encore écartée, une autre question n’a pas de réponse définitive : Delphine Jubillar est-elle vraiment sortie de chez elle ?

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.