Emmanuel Macron s'est une nouvelle fois adressé aux Français le 13 avril. Au-delà des mesures annoncées, c'est une erreur de retranscription qui a attiré l'attention des téléspectateurs... Et les a fait rire.
Discours de Macron : l'erreur de sous-titre hilaranteLors de l'allocution d'Emmanuel Macron, les sous-titres ont de nouveau fait parler d'euxAFP

Néologisme a été le terme le plus retenu de cette soirée du 13 avril. Pourquoi ? Lors de son allocution à la télévision, Emmanuel Macron a annoncé, entre autres, que le confinement durerait jusqu’au 11 mai. Pour la quatrième fois depuis le début de la crise sanitaire, le chef de l'Etat s'est adressé aux Français et des sous-titres étaient également proposés aux téléspectateurs. Au cours de ses allocutions précédentes, ce sous-titrage avait déjà fait beaucoup parler de lui, notamment car il ne collait pas toujours avec les propos du président de la République.

Cette fois encore, un détail a frappé les téléspectateurs, mais surtout les internautes qui n’ont pas tardé à le commenter sur Twitter. Une faute de frappe du vélotypiste a attiré l’attention de tous.

Attention au "No foutur"

Alors qu'Emmanuel Macron évoquait les mesures qui seront mises en place face au coronavirus, comme des "forces pour le futur", les sous-titres ont affiché le mot "foutur". Un nouveau terme, donc, qui ressemble à une fusion entre les mots futur et foutu, dans un contexte particulièrement marqué par les incertitudes. L’occasion s’est présentée aux internautes qui y ont vu un lapsus et se sont empressés d’en rire sur les réseaux sociaux.

Beaucoup de personnes ont repris ce nouveau mot en le qualifiant de néologisme et en le détournant de façon ironique. Cette petite erreur a été corrigée dans la seconde qui a suivi, mais il était déjà trop tard. L’expression "No foutur" est née, et avec elle, le hashtag #foutur.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.